LE VISIBLE ET L'INVISIBLE.

17 février 2017

Clive, le Vengeur. De l'argent et un nouveau lieu. Le piège.

    J’en suis resté sans voix. Au sortir du Four Seasons, on a marché un peu puis on a pris sa voiture. Elle était luxueuse à l’extérieur comme à l’intérieur. Comme lui. Barney à poil, il devait encore sentir le luxe, c’était mon point de vue. Bref, on a roulé et il m’a juste dit de prendre une enveloppe dans la boite à gant. - Une enveloppe ? Encore une ? - Ce n’est pas de l’argent. J’ai fait les décors et les costumes d’une Traviata dont la première a lieu dans dix jours. Il s’agit d’une place, pas pour la... [Lire la suite]

17 février 2017

Clive, le Vengeur. La Traviata. Les décors de Julian.

  Julian Barney, qui a fait les décors d'une "Traviata" pour l'opéra de New York, invite Clive à voir le spectacle. Ainsi, il se cultivera... Changer d’endroit, ça l’a surpris sans le démonter. Par contre, il avait un empêchement réel pour la semaine qui s’ouvrait et il m’a laissé à moi-même. J’en ai profité pour préparer plein de trucs pour mon remplaçant vu que mon boss avait avalé l’histoire de ma fatigue chronique et me trouvait pâlichon. Et puis, je suis allé à l’opéra de New York. La Traviata, oui, c’était bien. Du... [Lire la suite]
17 février 2017

Clive, le Vengeur. Chez Riccardo Lopez. Un nouveau lieu.

Obeissant à l'homme pour lequel il remplit une étrange mission, Clive Dorwell, quadragénaire déluré, conduit Erik, le jeune homme volage dans un nouveau pied à terre.  Quelques jours plus tard, j’ai attendu Erik en bas du petit immeuble. Quand il est entré dans l’appartement, j’ai eu très peur de sa réaction mais il s’est contenté de rire. -  Il aime les couleurs, dis-donc, ton copain ! -  Euh, oui. J’étais mal à l’aise et on a bu un café. J’ai raconté l’opéra et la Traviata, enfin comme j’aime à raconter les... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 16:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 février 2017

Clive, le Vengeur. Si je n'étais pas comme tu penses ?

    Quand même, avant qu’il parte, j’ai balbutié : -  Dis, Erik, si j’étais pas comme tu penses ? - Tu es comme je pense. Si c’était juste pour satisfaire mes besoins, je ne prendrais pas tout ce temps avec toi. Mais attention, tu ne dois pas prendre mon intérêt pour autre chose que de la gentillesse. Ne tombe pas amoureux de moi. Je sais que tu as compris que ce serait une erreur. Donc, tout est bien  - Mais dans le monde où tu vis, il y a des gens qui doivent t’envier, te jalouser et ceux-là,... [Lire la suite]
10 février 2017

Clive, le Vengeur. S'approcher des failles d'Erik.

  Il me l’a fait comprendre et j’ai laissé tomber. Je suis redevenu avec lui comme au départ. Et à partir de là, nos corps se sont dit plein de choses. En fait, quand on parlait, on évoquait son enfance et sa formation et pour moi, il voulait savoir aussi. Ça l’amusait que je parle des mecs que j’avais dragués jusqu’à ce que je rende compte qu’une femme, c’était bien aussi, même si complétement différent. Ma femme, je la remettais pas en cause. On avait un lien fort. Le numéro que j’étais, elle le connaissait bien…Quand je... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 17:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 février 2017

Clive, le Vengeur: les demandes de Barney.

Il a acquiescé, mon superbe danseur, pis comme je voyais que ça le chavirait un peu, j’ai arrêté tout de suite. Je l’ai pris dans mes bras et pour atténuer ce que je lui avais dit ce jour-là, je lui ai parlé de son teint. Oui, son teint clair. Le changement était très perceptible : il était beaucoup lumineux. C’était mon foutre et ses propriétés spécifiques…Comme lui, il en avalait régulièrement, il en voyait les bienfaits… Il a pouffé de rire. Quand on est arrivé en décembre, il m’avait dit plein de trucs. Je pouvais... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 17:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 février 2017

Clive, le Vengeur: présentation

  Clive  le Vengeur Roman de France.L   Clive Dorwell vit à New York. Jeune homme, il rêvait d'être un artiste ou tout au moins éclairagiste dans un théâtre. Il est devenu assureur et a pris de l'avancement. Marié et père d'une adolescente, Clive, la quarantaine rayonnante, a toujours des aventures masculines qu'il tient secrètes. Il aime avoir une vie parallèle mais s'ennuie. Amoureux des annonces insolites sur le web ou dans  les journaux, Clive se laisse aimanter... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 19:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 février 2017

Clive, le Vengeur. Rivalité amoureuse et sexuelle. Antichambre de l'enfer?

  J’ai dit non, pis j’ai fait le contraire. Comment que je te tournais et te retournais, mon joli-joli, comment qu’on allait dans la douche ou dans le placard, comment que je sortais des glaçons du frigo pour te les enfoncer dans son conduit avant d’y mettre la partie de ma personne qui lui apportait le plus de plaisir et comment que ça durait longtemps. Il a voulu savoir pour lui, ses initiatives, ses moments d’intensité. J’ai dit ses mains et sa langue et ses petits hauts le cœur quand il avalait. J’ai dit qu’il avait le... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 17:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 février 2017

Clive, le Vengeur. Confidences impliquantes.

    J’ai prétexté un rendez-vous professionnel incontournable pour pas voir Erik chez « Riccardo Lopez » après ce coup de fil. Je sentais fondre sur nous une tempête sans nom. Inconscient de ce qui se tramait, Erik a fait mine de prendre la chose mon imprévu avec légèreté mais il n’a pas tardé à m’appeler. Il n’était vraiment pas bien. Il voulait me parler. J’ai creusé un peu pour savoir et j’ai pigé qu’il y avait un truc dans son passé qui le harcelait. Ça lui était égal que ce soit à un autre moment et pas... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 17:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 février 2017

Clive, le Vengeur. Des aveux accablants.

Il est resté assis sur son fauteuil, le dos droit et le visage baissé. J’ai fait ce qu’il me semblait juste de faire. Je l’ai fait se lever. On s’est allongé l’un contre l’autre sur l’affreux canapé du salon et je l’ai gardé contre moi. Barney avait dit qu’Erik avait été dressé à séduire et à rendre amoureux. Il y avait sans doute beaucoup de vrai dans ce qu’il avançait mais là, quand même, quelqu’un était mort. C’était autrement plus grave… Je n’avais aucun élément me permettant d’infléchir ou de confirmer la version des faits que... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 17:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]