konfiance

Nuit, tu vas vivre ici. Je vais te laisser bientôt et te donner un exercice. Je viendrai le prendre dans deux heures. De ce que tu m’auras répondu dépendra ton sort. Tu vivras beaucoup ici le jour et sera quelquefois au salon, pour mon plaisir. La plupart des pièces de cette maison te sont interdites. Une partie de ma vie te sera parallèle. Si des amis viennent, tu devras rester silencieuse dans l’espace que je t’ai réservé. Si des ouvriers font une quelconque réparation, il en sera de même. Tu as compris ?
Elle hocha la tête.
-Ce n’est pas une réponse correcte. Applique-toi.
-Oui, Monsieur.
-Ta vie sexuelle est ce que je veux en faire. Tu vis l’abstinence depuis quelques semaines. Ne crois pas être satisfaite bientôt. Je t’interdis de toucher une quelconque partie de ton corps et bien entendu de te donner du plaisir. Là encore, la façon dont je vais agir va dépendre de tes réponses et tu en sauras plus demain.
-Oui, Monsieur.
-Tu es Nuit 26. De la nuit tu as le coté ombreux, l’opacité et le mystère. Mais tu es aussi inscrite dans la nuit, c’est-à-dire dans l’ombre. Tu n’es pour le moment, rien.
-Oui, Monsieur.
-Tu seras attachée et tu me serviras. Je vais te laisser. Tu as de la lecture et un questionnaire. Sois très attentive.
Elle le fut.
La « lecture » que je lui donnais dût la surprendre : il s’agissait de l’inventaire des tâches ménagères que je lui confiai dans la maison. Il n’était donc question que d’aspirateur, de chiffon et de produits nettoyants..
Quant au fameux exercice, il paraissait simple : elle devait privilégier trois points qu’elle estimait être très importants pour son éducation. Dès le premier soir, elle s’attela à la tâche et me répondit :
-Abaissement.
-Contrôle de la sexualité.
-Vénération.