ABS 2

 

En sixième, nous étions dans la même classe. J'étais le bon élève et lui, l'élève moyen. Je sais que ça parait curieux, mais ça nous a rapprochés. Il s'appliquait, ça se voyait. J'allais chez lui, il venait chez moi. Evidemment, il préférait faire le trajet car ma famille est plutôt gaie. Quelquefois, il déjeunait avec nous et on allait faire du vélo en famille. Quand j'allais chez lui, je voyais que c'était chaotique. Sa mère travaillait dans une boulangerie mais elle ne tenait pas ses horaires. Elle  aurait du être rentrée et elle n'était pas là. Elle laissait des mots. Il avait l'air assez seul, c'est clair, mais il riait bien.

Cette histoire de fugue, oui, j'y crois quand même car il avait soif d'une autre vie. Mais on en veut tous une autre, non? Sarlat, la Dordogne, ce n'est pas ce qu'il y a de pire. Il était un enfant de divorcés mais dans la classe, il y en avait plein. Il a un peu préparé son affaire, il a pris un peu d'argent, s'est rendu injoignable et a pris un bus de ligne. Mais quoi ! Il avait juste treize ans, était en quatrième et n'avait franchement pas l'air très âgé.  Impossible qu'il ait pu aller très loin.  Il y en a qui se font prendre au piège par des tarés sur internet. Ils vont à des rendez-vous. Lui, il ne l'a vu arriver, le sien. Il a du faire du stop, monter avec qui il ne fallait pas....

Depuis un an et demi, les journaux bavent sur sa disparition et la télé aussi. Aucune piste. Con, vraiment con. Sa mère est effondrée. Nous, au collège, on ne sait que penser. Personne ne dit jamais qu'il est mort. On dit qu'on ne l'a pas encore localisé...