gm FS

A Los Angeles, tout auréolé de gloire, le jeune George Michael rencontre Franck Sinatra. Celui ci ne comprend pas les réticences de la star anglaise face au succès...

-Je vais poursuivre ma carrière, monsieur Sinatra. J'ai plusieurs albums prévus. Tout est déjà dans ma tête. Il suffit que je mette tout cela sur du papier. C'est juste que j'ai trouvé destructrice cette relation à la célébrité. Il faut que j'aie une nouvelle relation avec elle...Je suis confiant...

-Destructrice... Ouaih....T'as de l'imagination, toi...Un peu trop, on dirait...En tout cas, pense au cinéma ! Moi, j'ai eu un oscar pour Tant qu'il y aura des hommes, ce film magnifique dont je t'ai parlé tout à l'heure...Tu danses bien tu sais ! Tu pourrais faire un film où tu danses ! Tu te fais coacher pour être fin prêt et voilà...

-J'y penserai...

-Ah et puis, il y les femmes, ça aide, tu sais...Pour moi, il y a eu Nancy qui m'a donné deux enfants, Nancy et Franck Junior, et puis Ava, bien sûr ! Jamais vu quelqu'un d'aussi beau ! Après bien sûr, il a pu y avoir des embrouilles mais avec elle, ça a été exceptionnel. Bon après, il y a Mia et pour finir il y a Barbara. Je te dis ça parce que le mariage, ça te pose un homme, tu comprends ?

-Je comprends, monsieur Sinatra.

-D'accord, tu vas te marier ?

-Pas pour le moment...

-Ah pourtant, tu as de ces poulettes anglaises...Ou une américaine, tu ne préfères pas ?

-J'ai une girl friend...

-Ouaih ? Faut quand même voir d'où elle vient et ce que ça peut t'apporter...Barbara était la cousine de John Barbato et de de Willie Moretti, des hommes d'affaires. On a dit que c'était des mafieux mais la calomnie, tu sais...

-Je ferai l'attention au patrimoine de la jeune fille...

-Ava était une actrice extraordinaire et Mia jouait la comédie elle-aussi...Pas le même genre les deux. Ava, nettement mieux ! Tu ne peux savoir à quel point elle était belle ! Impossible de la quitter des yeux...

-Une actrice...

-Bon choix ! Très bien, mon garçon ! Tu feras un beau mariage !

-Mais pour en revenir à ma carrière...

-On t 'encense et puis on te critique ? Ah ça, c'est courant.. habitue toi à ce qu'on te dise que tu es fini ! Ils en ont plein la bouche avec ça et tu les emmerdes d'autant que la plupart du temps, je me demande pourquoi la jalousie ne les a pas encore fait crever. Moi, on m'a dit que je n'étais plus dans le coup ! C'est ça, oui,plus dans le coup. Même maintenant,on m'applaudit encore à tout rompre à Vegas, tu sais ! Et on me fait un pont d'or...

-Je sais cela...

-Fonce, n'arrête pas de foncer. J'ai écouté tes chansons, tu sais ! Tu as du talent ! Continue, ne lâche rien et emmerde-les...A mon âge, je suis aussi célèbre que Michael Jackson, ah mais !

 

RELUCTANT

Le moins qu'on puisse dire de Franck Sinatra, c'était qu'on ne s'ennuyait pas avec lui. Il était certainement complexe et plus dépassé qu'il ne voulait bien le dire par toute une génération de jeunes chanteurs et acteurs qui ne lui accordaient pas l'importance qu'il méritait et le traitaient avec condescendance, mais il restait un roc. C'était peut-être son enfance, son sens de la débrouillardise, son incommensurable vitalité ou sa morale à géométrie variable qui l'avaient façonné ainsi. Il était impressionnant mais peu ouvert au dialogue. Les doutes que George entretenait sur la poursuite de sa carrière et la célébrité n'avaient pas de sens pour lui. Il restait donc au chanteur à se faire une raison en se disant qu'il s'était trouvé face à une légende vivante. Il avait, il est vrai, eu le privilège de chanter avec Paul Mac Cartney, qui était l'honneur de l'Angleterre mais là, c'était un vraie prototype de la réussite à l'américaine.

George le quitta rêveur et assez peu convaincu. Il avait vu, comme tant d'autres, Le Parrain, le film de Francis Ford Coppola qui avait projeté Al Pacino au devant de la scène. Le personnage de Johnny Fontane, le chanteur qui réussit car il a les appuis qu'il faut avec des puissances de l'ombre, était parait-il inspiré par la figure de Franck Sinatra. Fallait-il en arriver là pour asseoir sa célébrité ? Il ne le croyait pas.