KG ET GM

A la fin des années quatre vingt-dix, George Michael se connaît mieux. Excessif, il gère ses excès ou se plaît à le croire. Et il y a Kenny, qui l'entoure d'affection...

Kenny était là, central et fort. Il parvenait à gérer les angoisses de George et ses frasques. Il comblait ses manques. Lesley, sa mère, lui avait apporté dans son enfance une attention et une affection si inégalables que le manque se créait toujours. Casanière et rêveuse, elle avait créé autour de lui un univers protecteur où il avait pu s'épanouir. Privé d'elle, il divaguait. George ne lui disait-il pas J'ai une immense tendresse pour toi ! Elle compte plus pour moi que la sexualité car elle est un facteur de sécurité et de stabilité. J'apprécie énormément de redevenir le petit enfant gâté que j'étais quand je suis avec toi car c'est un vrai gage d'amour ! J'ai besoin de recevoir des compliments réguliers car je veux être rassuré : c'est une nécessité...et je sais que tu me combleras. Oui, à la fois attentif et énergique,Kenny était parfait pour le rôle. Si ce n'est que la dérive de l'un peut entraîner celle de l'autre...Le fait que son compagnon anglais se replie autant sur des expédients pour tout oublier n'allait pas sans conséquence. Le solide texan avait de plus en plus recors à l'alcool. Évoquer le problème était difficile.

-Excessif ? Ce n'est pas nouveau. J'ai été exposé si jeune ! Je me mets à l'abri des drames, des complications de la vie car au moment même où une situation délicate intervient, je préfère ne pas y donner suite. Je rentre dans ma coquille tranquillement, et en y ressort quand l'orage est passé. Et ça fonctionne, je te ferais remarquer...

Oui, ça fonctionnait. George avait beaucoup d'argent et était adulé. Mais créatif, il ne l'était guère. Depuis ses deuils répétés, il vivait dans le monde du subconscient et des émotions. C'était un monde où tout se passait à l’intérieur ou dans l’imagination. Son besoin de bienveillance et d’harmonie était énorme. Il possédait une vive sensibilité et une grande imagination. Un rien le blessait ou l’exaltait…En dépit de ce repli sur soi évident, il gardait un grand pouvoir attractif sur autrui mais quoi qu'il en dise réagissait beaucoup aux remarques de son entourage, ce qui pouvait le rendre influençable. Disposant d'un remarquable flair financier, il était excellent dans ses rapports avec le grand public. Il était d'ailleurs surprenant de noter à quel point il restait populaire, non seulement célèbre mais réellement aimé...

 

MG ET KG

En somme, même si être son partenaire était difficile, Kenny y trouvait encore son compte. Ne composant plus restant souvent en silence, cherchant des inconnus pour faire l'amour, s'étourdissant avec des substances qui le rendait dépendant, George restait magnifique, si beau, intelligent et drôle malgré tout que le quitter était impossible. Oui, il regrettait la mort de son premier amour mais il n'était pas le seul, oui, il se plaignait mais quoi, c'était un artiste et pas n'importe lequel. Il illumine ma vie, pensait Kenny, qui d'autre aurait pu le faire de cette façon là ? Et son compagnon pensait de même.