zamants

Gai comme un pinson, il adorait chanter en arabe. Chez George, dans le salon, il faisait des pompes avant d'aller cuisiner libanais. Il avait un faible pour les pâtisseries orientales mais ces créations n'avaient jamais la beauté et le caractère exquis des modèles suivis. Il les mangeait quand même en se félicitant. Il avait avec George des discussions assez crus sur le sexe et l'argent mais ne s'emportait pas sous couvert qu'il avait raison. Son idée était qu'au fil du temps, à force d'entendre les mêmes assertions, George finirait par les trouver très justes... Dès qu'il arrivait, il emplissait l'espace de sa présence orientale, rusée et massivement sexuelle. Dans les embrassades et les gestes d'affection, il était très démonstratif. Marcher avec George en le tenant par le petit doigt lui semblait très adéquat. Il n'y aucun mal à ce que deux mecs se témoignent ainsi de l'affection. Il n'était pas libanais pour rien ! Et puis il n'en avait rien à faire de ces scrupules des Gay, de cette volonté qu 'ils avaient de s'affirmer dans des manifestations ou des défilés parce que pour lui, tout allait de soi. Il y avait même une certaine supériorité à s'aimer entre hommes et pour lui cela faisait partie de l'évidence. Aucune raison de se prendre la tête et de culpabiliser. En Orient, ça existait depuis des millénaires, c'était donc le signe que ça avait de l'intérêt...Il lisait peu de livres, aimait les ouvrages pratiques et ne dédaignait pas les aphorismes. Il était capable de regarder la télévision huit heures d’affilée sans sourciller, à tel point que George avait fini par s'interposer.

-Qu'est-ce que tu fabriques avec ces émissions de variété débilitantes ?

-Débilitantes ?

-Parfaitement. Oui, en un sens...

-Mais au début de ta carrière, tu t'y es produit, non ?

-Andrew et moi lancions Wham !

-Ah ben oui...

-Regarde ça dans une autre pièce.

-Oui, chef. Dis donc, ce n'est pas toi qui a déclaré que c'était cruel de donner de l'espoir à de jeunes chanteurs qui tentaient leur chance dans des spectacles type Star Académie ? En même temps, tu es allé les voir...

-Si on commence sur les paradoxes, Fadi, j'ai le sentiment que...

-D'accord, d'accord, d'accord...Je vais ailleurs et je baisse le son.

-Merci...

En musique, il aimait les grandes voix du monde arabe et quelques chanteurs anglais. Il n'était pas assez stupide pour snober la carrière de George mais au début de leur relation, il avait songé à un chanteur un peu fatigué, dépassé par les événements et plus trop dans la course. Heureusement pour lui, il était de nature curieuse et avait écouté en boucle tous les albums de la star. Son jugement s'en était trouvé modifié. Ce grand homme grisonnant qui luttait vaillamment contre les pièges de l'âge était hors norme. A l'heure où bon nombre de candidats à la gloire qui avaient débuté en même temps que lui étaient passé à la trappe, il était toujours là, lui, George, avec ses chansons renversantes et cette voix...Du coup, Fadi en était devenu respectueux malgré ses airs dégagés et son occasionnelle mais persistante muflerie.

-Tu laisses tout en place chez moi...

-Évidemment, George !

-Essaie de parfaire un peu le « évidemment » si tu vois ce que je veux dire...

-Je vois très bien George. L'Américain ne faisait pas ça...

-On ne parle pas de lui, là.

-Non, mais...

-Mais rien. On ne parle pas de lui. Et souviens-toi de ce que t'ai dit...

-J'ai une excellente mémoire.