villa MYSTERIEUSE

En fuite en Italie du nord, Lucas et Nicholas, deux enfants malades, sont conduits par Stefano, leur jeune guide, aux portes d'une villa mystérieuse...

Quelque part en Campanie, à la sortie d'une bourgade s'élevait la villa Ada. Entourée de hauts murs, elle était de construction ancienne. Son parc, assez vaste, était peuplé de fontaines et de statues. Contrairement à ses habitudes, le jeune italien ne s'arrêta pas à l'arrière de la maison pour les faire entrer en catimini par une porte de services, il se gara devant une maisonnette au toit orangé qui ressemblait fort à un logement de gardien. Là, il les fit descendre et les installa. C'était exigu à l'intérieur et les deux enfants s'étonnèrent d'être placés dans une chambre si petite qu'elle ne pouvait guère contenir que deux lits. Son unique décoration était un calendrier religieux contenant toutes sortes d'images de saints. En y regardant de plus près, Lucas constata que ce calendrier avait deux ans de retard. En regardant autour de lui, il comprit vite que contrairement aux autres lieux où ils avaient séjourné, celui-ci n'était pas habité depuis un moment. En irait-il de même de la grande villa ? Il espérait bien que non. L'été s'étant installé, aucun d'eux n'avait à souffrir du froid mais cette petite maison était humide et sentait le renfermé. C'était déconcertant. Soucieux de rassurer les enfants, Stefano ouvrit grand les fenêtres, changea les draps et la nappe de la table et sortir du coffre toutes sortes de provisions. Il prépara un chocolat chaud pour Lucas et Nicolas et, les sentant aux aguets, il se résolut à répondre à leurs questions, sachant que, comme à l'accoutumée, ce serait Lucas qui serait le plus tenace.

-Tu ne veux pas nous dire où on est ?

-Si. Nous sommes à dix kilomètres de Naples. Cette villa se trouve dans un lieu-dit. Vous pourrez vous promener dans le parc qui est très joli.

-Et la villa ?

-Vous irez ?

-Il y a des gens.

-Oui mais pas ceux que vous croyez.

-Je ne comprends pas.

-Cette villa date des années trente. Elle est ancienne. Elle a connu le fascisme. Parmi ceux qui l'ont habité, il y a eu des dirigeants politiques. Oh, pas des gens de premier plan, non, mais tout de même. Ils soutenaient Mussolini, ont participé à la guerre et n'ont jamais été inquiétés par la suite. Disons qu'ils se sont fondus dans la masse.

-Oh mais ça fait longtemps, ils sont morts.

-Toujours ta logique, Lucas. La villa a tout de même était habitée jusqu'il y a dix ans. Maintenant, elle appartient à une fondation qui protège les artistes. C'est un lieu de villégiature pour certains d'entre eux. Ils viennent se mettre au calme pour écrire, composer de la musique ou peindre. Actuellement, elle est vide mais la semaine prochaine, ce ne sera plus le cas.

-On va rester pour les rencontrer ?

-Les artistes ? Non, Nicolas, nous serons partis.

-Alors elle est vide...

-D'êtres réels, oui.

-On va y aller ?

-Oui mais seuls. Moi, je vais rester ici. Vous aurez des heures où vous pourrez vous y rendre et une mission à remplir.

 

EXTRAVAGANTE

-Des missions ? On est des agents secrets !

-Non, Nicolas, pas tout à fait. Cela fait partie du programme. Tout sera très clair dès que vous serez entrés dans la villa. Il faudra être bien concentré et passer toutes les épreuves.

-Des épreuves, on a déjà eu beaucoup !

-Je sais, Lucas. Celles-ci sont différentes.

-J'espère bien ! Bon et cette Ada, on va la rencontrer ?

-Tu sais bien que non ! Elle est morte depuis longtemps. C'était une poétesse, une Futuriste qui malheureusement a eu une courte vie. A vingt-six ans, elle qui adorait le poète Ungaretti, a eu un accident de voiture. Son père qui avait acheté cette villa sur ses conseils, l'a débaptisée pour la renommer en hommage à sa fille. D'où la villa « Ada ».

-Et son nom de famille, c'était quoi ?

-Laviatti.

-Dans la maison, il y a aussi des calendriers qui datent de deux ans que personne n'a remplacé ?

Stefano ne put s'empêcher de rire.

-Dans la petite maison où nous sommes, tout est ancien car il n'y a plus obligation d'un gardien permanent. Quelqu'un vient régulièrement de l'extérieur vérifier que tout est en ordre. Il passe ici aussi pour aérer et il lui arrive de rester dormir en hiver mais c'est tout. C'est un lieu qui n'a plus trop d'intérêt mais il cadre avec l'ensemble ; il est donc exclu de le faire disparaître.

-On le verra, ce gardien épisodique ?

-Non, Nicolas.

-On ne verra personne comme les autres fois ?

-Pourquoi poser plusieurs fois la même question ? C'est inutile. Tu as déjà eu tes réponses.

En effet tout avait été dit. Restait à vivre une expérience nouvelle qui leur demanderait beaucoup.

-Préparez-vous, les enfants.

Il y avait une certaine solennité dans le ton de Stefano, qui tranchait avec son habituelle décontraction. Nicholas et Lucas perçurent le changement et adaptèrent leur attitude. Ils se raidirent et devinrent très sérieux.

Dans les deux jours qui suivirent, ils marchèrent beaucoup dans le parc, seuls ou avec Stefano et récitèrent leurs mantras de paix et de force. Puis vint le moment de l'épreuve : ils devaient entrer dans la maison.