17 décembre 2016

Clive, le Vengeur. Clive et Kirsten. Des vies différentes...

  Un jour, elle m’a surpris en me disant qu’elle m’avait toujours considéré comme quelqu’un de bien et que le fait que nous ne nous soyons pas vus des années durant lui avait paru tout à fait judicieux. Après tout, elle n’était qu’une jeune fille de dix-huit ans éprise d’un garçon de son âge qui ne lui mentait pas sur ses tendances. Il était droit avec elle, ce jeune homme-là. Une fois sa déception surmontée, elle avait pu se tourner vers un autre jeune homme avec qui l’amour était possible. Elle ne regrettait rien. Du reste,... [Lire la suite]

14 décembre 2016

Clive, le Vengeur. Clive et Kirsten. Julian Barney évoqué.

  Kirsten, l'amie de Clive, est celle qui lui a fait découvrir l'opéra et la danse classique. Elle a ouvert à Newark, ville de leur jeunesse, une librairie où Julian Barney envoie une collaboratrice présenter un ouvrage d'art qu'il vient d'écrire et des costumes : Elle a voulu m’offrir le livre et j’ai dit non un peu trop vite. Il y avait quelque chose, là…J’ai essayé de la divertir. - Tu le fais venir ici ? - Mais non, voyons, c’est une vraie référence ! Un décorateur de sa stature dans une petite librairie comme... [Lire la suite]
14 décembre 2016

Clive, le Vengeur. Clive et ses confessions.

  Clive ne peut sortir indemme de la conversation qu'il a avec Kirsten, son amie de jeunesse. Ce qu'il a fait subir à Erik est impardonnable. Morale, elle le lui dit.... J’ai parlé. Elle ne m’a jamais coupé la parole. Je croyais la regarder mais je ne le faisais pas vraiment car à la fin de ma longue prise de parole, j’ai vu qu’elle retenait ses larmes. Elle avait fini sa tisane et elle regardait ses mains très blanches posées sur ses genoux, maintenant que j’avais pris conscience de son émotion. - As-tu conscience de la... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 09:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 décembre 2016

Clive, le Vengeur. Clive et Kirsten, la libraire. Tu as mal agi...

   Clive dîne avec Kirsten, son amie de jeunesse. Elle a ouvert une librairie à Newark. Il se confie à elle...  Kirsten, devinant que la discussion allait durer, est allée me chercher un verre de vin supplémentaire et elle, elle s’est mise à boire de l’eau. Puis, elle a repris. - Tu sais, j’ai deux enfants. Mon fils aîné à vingt-deux ans et ma fille vingt. Si, par hasard, nous apprenions, mon ex-mari et moi, que l’un des deux est attiré par quelqu’un de son sexe, je ne te cache pas que la pilule aurait du mal à... [Lire la suite]
11 décembre 2016

Clive, le Vengeur: confidences à Kirsten. regrets.

 Clive se confie enfin à son amie de jeunesse, Kirsten; Elle est devenue libraire.... Elle a soupiré puis m’a regardé avec curiosité et sympathie, comprenant que malgré tout ce que j’avais pu lui faire, ce danseur, je continuais de l’aimer. -  Tu regrettes, n’est-ce pas ? -  Oui, tout. -  Qu’est-ce qui est le plus lourd ? - L’expo au début et les conneries que je lui ai dites. Ma fausse gentillesse. Son visage la première fois, c’était…tellement de lumière… -   Et qu’est-ce qui est le plus... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 17:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 décembre 2016

Clive, le Vengeur. Les suites de l'amour perdu. Clive change...

    « Clive, monsieur Dorwell… Voilà une page du passé qui s’ouvre et pas la plus glorieuse…Je suis sensible à l’admiration que vous me portez mais pas dupe. Pourquoi m’écririez-vous si ce n’est pour que je vous parle d’Erik Anderson ? Je ne tiens pas à le faire. Je n’y ai jamais tenu depuis de lointains événements... Merci de l’intérêt que vous portez à mes livres. Ils sont disponibles dans de très nombreuses librairies et, pour certains d’entre eux, dans de bonnes bibliothèques. Quant à mes contributions... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 17:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 décembre 2016

Clive, le Vengeur. Une conférence sur l'opéra à Newark...

  Julian Barney, qu'e Clive n'a jamais revu, s'annonce à Newark. Que lui dire?  Kirsten continuait à parler à Barney et il a fini par arrêter une date.  Il viendrait donc en personne faire une conférence. Elle était folle de joie. Sa librairie, elle en a fait un tourbillon, repeignant les rayonnages, réorganisant l’espace, remplaçant les fleurs coupées par des plantes vertes et les affiches par des encadrements de photos d’écrivains. Pour la composition de l’affiche et les cartons d’invitation, elle m’a demandé... [Lire la suite]
09 décembre 2016

Clive, le Vengeur: fantasmes et propos crus. Clive et ses rêves.

  Mais, je reviens à Barney. Après cette très belle soirée, je ne l’ai  lâché pas sur internet et lui a fait de même. Il voulait savoir quel virage j’avais opéré. Je lui ai dit que premièrement, je voulais que les gens regardent un spectacle et non mangent et boivent en écoutant vaguement quelqu’un dont ils oublieraient tout de suite la prestation. Donc on mangeait avant ou après mais en tout cas le spectacle n’était pas un accompagnement. Cette erreur-là, je ne la commettrai plus. En second lieu, je pensais que donner sa... [Lire la suite]
09 décembre 2016

Clive, le Vengeur. Le meilleur rôle d'Erik.

    Il m’a cloué le bec. -  Erik. Voilà, je vous ai satisfait ? -  Ne le prenez pas aussi sèchement. Je suis navré de vous froisser. -  Froisser ? ce n’est pas le mot…Bref : je suis de près sa carrière. je n’ai jamais cessé de le faire et si c’est de celle-ci que vous vous parlez, nous pouvons le faire. L’autre, celui de l‘intimité, je n’en parle plus et si je devais le faire de nouveau, ce n’est pas à vous que je m’adresserais. J’avais avec lui une liaison qui s’est éteinte de la même... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 16:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 décembre 2016

Clive, le Vengeur. Marcher, souffrir, attendre et retrouver..

   Janvier et février sont passés et j’ai continué mes pérégrinations. Une à deux fois par semaine, les jours où la salle n’était pas comble pour les spectacles, je m’absentais et allais à Manhattan. Kathleen n’objectait rien, sachant que je rencontrais beaucoup de monde et étais toujours en quête de jeunes artistes. Je marchais des heures entières, avec obstination. Il finirait par surgir alors, tenace, il fallait l’être i ! Parce que le danseur, même si j’avais la certitude qu’il venait à new York, je ne le... [Lire la suite]