26 novembre 2017

Julien de Lille...

     Et lui ? Que peut-il dire ? « Je ne sais pas. Mes parents me donnaient l'impression de s'adorer et d'être frustrés. Je n'étais pas à l'aise adolescent. On me trouvait beau garçon, pourtant mais ça n'a jamais suffi. Les filles, j'ai compris qu'elles voulaient bien le sexe mais qu'elles étaient différentes ! On n'a encore rien de commun et, déjà, c’est difficile de parler de sexe ! Alors, je me dis que dans un couple, c'est pire. On n’ose pas, et puis la sexualité des femmes est... [Lire la suite]

26 novembre 2017

Julien de Lille...

Samuel est un compagnon épisodique ; Deux, trois fois par an, il appelle Julien pour aller en Belgique et le reste du temps, il fait cavalier seul. Beaucoup plus âgé que les autres, il a perdu toute jeunesse et toute prestance physique. Déterminé, il est aussi pragmatique. Il affirme : «Dans une relation, faut faire des concessions, si je n’étais pas allé avec des prostituées, mon ménage n’aurait pas duré : ma femme n’accepte pas tout, j’y vais trois fois par semaine et je passe ça en notes de frais. Je vous assure... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 16:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 novembre 2017

Adrien, le jeune homme qui ne rêve pas...

     Adrien Lefort est un homme de trente-deux ans. Il connaît bien la prostitution en tant que client d'abord mais aussi car il est l'ami de nombreuses prostituées. En un sens, il sait ce qui est de l'ordre de la mise en scène et ce qui est l’envers du décor. Il a connu un dépucelage tardif rue Saint-Denis, haut lieu de la prostitution africaine, en 2002. A une époque où la sexualité adolescente n’était plus réprimée, on se demande ce qui a bien pu lui arriver. A ce sujet, Adrien est formel : avoir un prénom... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 16:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
26 novembre 2017

Adrien, le jeune homme qui ne rêve pas...

  Informaticien à la Défense, Adrien Lefort sait tout sur l'anonymat et ses méfaits. Il se dit parfois, avec une douce ironie, qu'il aurait eu ses chances comme figurant dans un film des années cinquante. Il aurait été le petit maigre qui s'installe au fond d'un café pour boire un ballon de rouge et manger un sandwich tandis que Jean Gabin est au premier plan. Ou encore, il aurait pu être e discret chauffeur de taxi de Bourvil dans un autre film ; ou celui qui, transformé en chevrier, donne deux répliques à Fernandel dans... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 15:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 novembre 2017

Adrien, le jeune homme qui ne rêve pas...

Mais il déchante vite : « Elles ne s'appelaient plus pareil évidemment car avec la faim et les guerres, ce n’est pas les mêmes ! Je le reconnais, je charrie. Mais quand même ; elles avaient des prénoms slaves ou russes ou...euh...asiatiques...Et elles étaient carrément mignonnes. Quand c'est différent, on est content. Mais bon, je me suis vite aperçu que le discours du plaisir partagé n’était qu’une mascarade publicitaire. Tant pis, j’assumais sans vergogne mon statut de client, peu à l’écoute du ressenti des... [Lire la suite]
03 septembre 2017

George D. Celui qui meurt...Roman.

         Soyez plus fort que votre passé, le futur vous accordera peut-être une chance... Cow-boys and Angels. George Michael.        
Posté par merlinetviviane à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 septembre 2017

Introduction : George D, celui qui meurt...

  Avertissement :  Intrinsèquement lié à la disparition de George Michael en décembre 2016, ce texte n’a aucune fiabilité biographique. Il faut le voir comme une ébauche ou encore comme une recherche personnelle. Combien d' images multiples de lui-même la star britannique a-t'elle pu renvoyer à des êtres bien plus jeunes que lui? Il s’agit donc purement et uniquement d’une rêverie sur les paradis et les enfers d’un chanteur et d’un musicien brillant et protéiforme dont la personnalité reste, quoi qu'on en... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 septembre 2017

George D. Celui qui meurt...Londres...

  George - Tu t’enfermes beaucoup trop. - Tu me l’as déjà dit vingt fois ces trois derniers jours. - On a des sorties en vue : des spectacles, des amis. Ne refuse pas tout. - Je ne refuse pas tout, je sélectionne. Je n’en ai rien à faire de cette comédie musicale dont tu me rebats les oreilles. - Parfait ! Chez Kate, dans trois jours ? - Oui. - Et ensuite. - Je ne sais pas. - Je viendrai te voir le jour de Noël. Tu le sais ? - Oui, j’en serai heureux. - La veille, tu seras avec tes sœurs ? ... [Lire la suite]
02 septembre 2017

George D. Celui qui meurt...Londres.

    George: - Ne me réponds pas comme ça. Je suis ton compagnon. - Tu l’es, c’est vrai et tu me protèges de moi-même…Tu as raison, Paul, tu as raison. Tu sais ce qui est bon pour moi. Mais à ce compte-là, ce n’est pas chez moi que je devrais passer les fêtes de Noël mais plutôt dans une de ces délicieuses cliniques où j’ai passé des semaines mémorables. - Ces cures étaient nécessaires. Le médecin dit que tu… - Que je ? - Tu dois prendre soin de toi. - Mais c’est ce que je vais faire ! Allez-laisse-moi. -... [Lire la suite]
27 août 2017

George D. Celui qui meurt...En Provence.

        Valeria  La Côte d’Azur en décembre, c’est étrange. On approchait des fêtes et c’est moi qui avais trouvé la maison. Moi, Valeria, l’Italo-américaine qui aimait autant la Riviera que les abords de Roquebrune. J’allais souvent en Italie voir les frères de ma mère et pour ce qui est de la Côte, j’aimais y revenir. J’y avais gardé un amour d’été devenu depuis marié et père de famille. Curieusement, après cette amourette, nous étions devenus très amis et c’est lui, qui étant dans l’immobilier, me... [Lire la suite]