09 mars 2018

George D. Celui qui meurt. Partie 1. Fuir Londres.

  1. George D. Londres : novembre 2015. Il tournait comme un ours en cage Il sentait que ça tournait mal. Plus les semaines filaient, plus il avait du mal avec moi. Lui, Paul Stephen dont le vrai prénom était Fadi, ce que je lui rappelais régulièrement, perdait pied. Je le quitterais quoi qu’il soit et lui, qui avait tant misé sur moi, était affolé.  -Tu t’enfermes beaucoup trop. -Tu me l’as déjà dit vingt fois ces trois derniers jours. -On a des sorties en vue : des spectacles, des amis. Ne refuse pas tout.... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 15:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 mars 2018

George D. Celui qui meurt. Partie 1. Une maison sur la Côte d'azur.

  2 Valeria. Roquebrune Cap Martin. Décembre 2015. La Côte d’Azur en décembre, c’est étrange. On approchait des fêtes et c’est moi qui avais trouvé la maison. Moi, Valeria, l’Italo-américaine qui aimait autant la Riviera que les abords de Roquebrune. J’allais souvent en Italie voir les frères de ma mère et pour ce qui est de la Côte, j’aimais y revenir. J’y avais gardé un amour d’été devenu depuis marié et père de famille. Curieusement, après cette amourette, j’étais devenue très amie et c’est lui, qui étant dans... [Lire la suite]
08 mars 2018

George D. Celui qui meurt.Partie 1. Se cacher à Paris.

    3 George. Paris. Décembre 2015. Je suis méconnaissable. C’est bien. J’ai élu domicile dans un hôtel moyen de gamme. Voilà qui ne m’était pas arrivé depuis longtemps, d’autant que le beau jeune homme qui tentait de garder les yeux ouverts à la réception a regardé mon passeport d’un œil endormi avant de m’adresser un sourire de commande... En prenant ma douche ce matin, je me suis fait horreur. Tout s’effondre en moi, physiquement aussi. Pourquoi ai-je désormais l’air épuisé et le teint blafard ? On a tant dit... [Lire la suite]
08 mars 2018

George D. Celui qui meurt. Partie 1. Un homme qui veut mourir...

        4 Nicholas. Roquebrune. Décembre 2015 J’étais avec Jonathan sur la plage quand on l’a vu. En guise de plage, c’était plutôt une crique et de la villa, l’accès en était difficile. Il fallait emprunter un escalier escarpé aux marches parfois étroites ou abîmées. En général, on y allait tous ensemble et à la queue leu-leu ou par deux ou trois, plutôt le matin ou en début d’après-midi. Décembre à Roquebrune était théoriquement « un mois froid ». Nous trouvions les températures clémentes et même... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 15:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 mars 2018

George D. Celui qui meurt.Partie 1. Marjan et George.

        5 Marjan. Roquebrune. Décembre 2015. Il a mis quelques jours à quitter mentalement « son auberge discrète » et s’est cantonné dans une chambre proche de celle de Carolyn. Nous l’avons d’abord peu vu. Sans doute dormait-il beaucoup et récupérait-il. Peu à peu, cet air de somnambule qui cherche la mort sans la trouver a commencé à le quitter, ce qui l’a rendu plus rassurant. On a insisté toutefois pour qu’il se joigne à nous, sachant qu’un homme dans sa situation est guetté par ses... [Lire la suite]
08 mars 2018

George D. Celui qui meurt. Partie 1. Préparer Noël.

  6 Carolyn. Roquebrune. Décembre 2015. Il était décidé qu’on décorerait la maison et l’annexe dès le 24 au matin et on s’y est tous mis. Aucune pièce ne devait échapper à notre attention. On a formé des équipes, commencé à mettre des guirlandes partout. Pour la plupart d’entre elles, elles venaient du commerce mais l’imagination étant au pouvoir, beaucoup avaient été fabriquées sur place avec des matériaux divers. Il en allait de même des couronnes de fleurs et de feuillages que nous avons placées sur les portes. Le débat... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 mars 2018

George D. Celui qui meurt.Partie 1. Un concert improvisé.

        7 Guillaume. Roquebrune. Décembre 2015. Le moment le plus particulier de ce vingt-quatre décembre a bel et bien été le concert improvisé dont il nous a honorés dans les bâtiments annexes entre seize heures et dix-neuf heures. Vraiment, ça a été quelque chose. Après les moments forts de la décoration de la villa et de la préparation du repas du soir, chacun a déjeuné comme il l’a voulu. En milieu d’après-midi, j’ai rejoint Nicholas dans la salle qui était réservé à la musique. Je n’étais pas le... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 15:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 mars 2018

George D. Celui qui meurt.Partie 1. George et la mort de A.

    8 George. Roquebrune. Décembre 2015. Des années durant, j’ai cru que la mort violente d’ A avait coupé toute relation entre nous et j’en ai horriblement souffert. J’étais un chanteur à succès dont le charme « à la fois viril et brutal » (je cite je ne sais plus quel brillant journaliste) fascinait les femmes. Je n’avais aucun effort à faire pour qu’elles se mettent à glousser, à se trémousser ou à vociférer dès que je mettais les pieds sur une scène. Les plus jeunes se mettaient devant et se... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 16:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 mars 2018

George D. Celui qui meurt. Partie 1. Un Noël impromptu à Nice (1)

  9 Erik. Roquebrune. Décembre 2015. J’avais neuf ans et c’était un vingt-cinq décembre au matin. Mon père nous a annoncé qu’il était malade mais comptais livrer à la maladie un combat victorieux. Je ne sais ce que les médecins lui avaient dit. En tous cas, il était confiant. Un an après, il était mort, nous laissant seuls, ma mère, mes deux sœurs et moi. C’était un homme robuste et fort, un grand travailleur. Ma mère a beaucoup pleuré. Je prenais déjà des cours de danse et ça ne lui plaisait guère, à lui. Il m’a quand même... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 14:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 mars 2018

George D. Celui qui meurt. Partie 1. Noël au Négresco (2)

  Pour sa part, le « George » en question avait l’air parfaitement à l’aise dans le jeu mondain. Il était d’une exquise simplicité mais ses manières étaient celles d’un gentleman. Il avait appris à se comporter dans le monde et, bizarrement, cet usage qu’il en avait, me le rendait presque insupportable. Quelquefois, je devais le reconnaître, cela m’arrivait avec Julian, qui était né dans une famille nantie de Boston. Soudain, je me sentais mal à l’aise comme quand par exemple je mangeais les frites avec les doigts... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 11:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :