03 décembre 2016

Clive, le Vengeur. Erik retrouvé. Confidences.

  Clive, conscient de ses erreurs, attend indéfiniment Erik, le danseur en marchant dant Manhattan. Il finit par le retrouver et dans un New York où le printemps arrive, ils parlent... Récit : Il a soupiré et j’ai senti que je le touchais. J’étais grave et mélancolique. Il m’a demandé le nom de mon hôtel et a dit qu’il m’attendrait au bar en fin d’après-midi. Il avait un diner de prévu mais il irait plus tard. Quand il est parti, j’ai eu peur un moment. Pourquoi viendrait-il ? Puis, j’ai compris qu’il le ferait et... [Lire la suite]

03 décembre 2016

Clive, le Vengeur. Erik retrouvé. La fin d'une errance.

La patience réussit à Clive Dorwell, qui retrouve parce qu'il l'aime, le danseur qu'il avait piégé...   J’ai passé commande et on a attendu. Il n’avait pas l’air pressé du tout, ce qui me stupéfiait autant que son absence de colère. -  Comment est Kathleen ? -  Gourmande. Elle adore la tarte aux pécans. -  Et sinon ? - Affectueuse. Elle est comme une petite fille rieuse, contente de vivre. J’aime sa vitalité. Kristin, mon ex-femme, n’était pas naïve du tout. On s’était connus jeunes. Pour les... [Lire la suite]
03 décembre 2016

Clive, le Vengeur. A l'hôtel, comme avant. Récompensé.

    Après des mois d'errance à errer dans Manhattan, Clive Dorwell, reconverti dans le spectacle, retrouve Erik le danseur qu'il a un temps traqué pour répondre à un pari... Récit : Je l’ai poussé sèchement sur le lit et j’ai fini de le désaper. Il a placé ses bras au-dessus de sa tête et m’a laissé le regarder. Il avait un corps fort et entraîné mais mince et pour moi, bouleversant. J’ai regardé son torse, son ventre et son bas-ventre, l’arrondi de ses épaules… J’ai retiré brutalement mes vêtements avant de... [Lire la suite]
24 novembre 2016

Clive, le Vengeur. Rites et rires.

  A l'hôtel, Clive essaie de dominer Erik mais il craint les jours anciens et passe au rire. Récit :  Je lui ai dit qu’il était à moi jusqu’au lendemain et qu’en ce sens, il devrait m’obéir. Il a dit oui et, étourdiment, a cherché ses vêtements. Je me suis tout de suite dressé contre lui et j’ai crié. Il n’avait reçu aucun ordre ! -  Mais qu’est-ce que je viens de te dire ? -  Je… -  Tu restes nu ! Tu fais ce que je te dis !  Il s’est alors passé quelque chose d’incroyable. Il... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 17:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 novembre 2016

Clive, le Vengeur. Dire la vérité?

  Clive a retouvé Erik, le jeune homme qu'il a piégé et il a le sentiment d'un partage. Récit : J’ai essayé de ne pas trop réfléchir. Lui non plus et on a enchaîné : -  Carolyn, petite, voulait faire du football américain. Elle est danseuse classique maintenant ! -  C’est mieux pour elle, je pense ! A moi ? Ma sœur aînée voulait que je sois attiré par la peinture. Il y a une école de peintres importantes au Danemark, à Skagen. Elle penserait que j’y mènerais une vie d’artiste solitaire… -... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 17:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
24 novembre 2016

Clive, le Vengeur. Le prince Siegfried.

    New york. 2016. Clive a retouvé Erik. Ambiguités. Récit :   C’était le moment de le mettre en garde. - Il ne faudra pas que tu fasses de conneries ! - C’est-à-dire ? Il était surpris. - Si tu choisis cette femme, sois clair avec ta fille. Avec ma Carolyn, j’ai toujours suivi une ligne stricte. Je vivais certaines choses en marge de sa mère et elle mais attendu que je vivais avec Kristin et que je l’aimais, je maintenais une zone qui ne concernait pas ma fille. Si tu fais ce choix, sois rigoureux.... [Lire la suite]

28 mars 2016

RUE DU REPOS. Jean-Pierre et les fins d'années.

  De ce côté-là, je ne déroge pas à la peur qu'éprouvent les gens de mon âge. Au soir du 31 décembre, on se regarde dans la glace de sa salle de bain le cœur serré et le lendemain, quand on se regarde de nouveau, il nous semble bien que cet organe vital occupe encore moins de place dans notre anatomie tant la peur du temps qui passe nous rend inquiets. Mais me direz-vous, qu'êtes-vous en train de lire ? L'amorce d'une rubrique nécrologique ? Non, pas du tout. Je vis seul de toute façon et je n'irai pas dans une de... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 14:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 mars 2016

RUE DU REPOS. La guerre. Une famille éclatée.

  La famille de Jean-Pierre est durement marquée par la seconde guerre. Le père est enrolé par l'Allemagne....   Je crois que le premier janvier comme date d'anniversaire est resté lié à de bons souvenirs même au début de la guerre pour la simple raison qu’on n’était pas séparés. Il y avait Georgette ma mère et Lucien mon père et la ribambelle des frères et sœurs : Robert et Raymond mes grands frères d'un côté et Jacqueline et Monique, mes jeunes sœurs, de l'autre. Moi, Jean-Pierre, j'étais au milieu. Comme vous le... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 14:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 mars 2016

RUE DU REPOS. La guerre est finie. Désarroi.

   Jean-Pierre erre, défait, dans un grand cimetière parisien. La fin de la guerre entraine bien des désillusions...   Je n'étais pas stupide et je n'avais pas les yeux dans ma poche mais je vais vous dire une bonne chose : je préfère des gens comme eux qui trouvaient probablement des clients prêts à payer le prix fort plutôt d'autres, tout emprunts d'une fausse bonté, écoutant Londres et faisant mine d'aimer les résistants qu'ils avaient entraperçus. Ceux-là, on le savait, dénoncerait à la première... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 19:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 mars 2016

RUE DU REPOS. Une rencontre décisive.

  A la fin de la guerre, Jean-Pierre, durement  marqué rencontre Maria dans un lieu  inattendu...   Je vous le dis, l'étudiant que j'étais, se trouva comblé par ces lieux. Les peintres dont j'avais vu les toiles dans des musées parisiens ou des livres d'art, au hasard des bibliothèques et le compositeur dont j'avais tant aimé l’œuvre musicale. Ce furent mes débuts. Puis, je m'enhardis. Mais là, je fus aidé car je la rencontrai, elle, Maria. La fille de réfugiés espagnols. L'orpheline, la fille d'un... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 16:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :