B9731796473Z

Paul découvre davantage Esmed, le jeune artiste dont Magda Egrorf s'est fait la protectrice. Celui-ci se montre curieux de lui, aussi.

Il l'était aussi, il se devait bien se l'avouer, car il côtoyait Esmed.

-C'est ...fait.

-Heureusement !

-Et vous ?

-Je suis un moine.

-Ah non ! Je vous l'ai déjà dit : vous êtes attirant pour les femmes. Vous voyez, je sais choisir mes termes...

Tendre Esmed. Le concernant, il comprenait mieux à quel point les enjeux étaient forts. Il pouvait faire une carrière internationale à condition que son talent s'épanouisse, sans référence à un passé douloureux. Paul essayait bien d'en savoir plus sur lui mais le jeune homme était réticent aux confidences.

-Vous pourriez me parler de votre famille ...

-On les a mis en résidence surveillée à Varra.

-Mais qui habite là ! C'est une zone totalement...

-Hostile. Ils n'ont pas eu le choix.

-Et...

-Et rien, Paul. Je suis toujours en chasse...De cela, on peut parler.

Paul sourit. Ce joli faune devait être très désiré.

-Bon, sujet inintéressant ? Venons-en à vous. Vous ne dites rien de vous-même.

-Sur mes années de cavale et la prison, j'ai écrit.

-Justement, c'est de l'écrit.

-Je parle avec mes mots. Rien de trop.

-Et moi avec la musique. Il suffit d'écouter...

-J'ai fait de la radio clandestine. J'étais Battles.

-Combattants de l'ombre...

-Vous savez ça ?

-Mes parents oui. Et moi aussi, je dois dire...dites-moi...

-Oui, Esmed.

-Vous avez toujours peur par moments.

-Je vous l'ai déjà dit. Il reste beaucoup d’ennemis ici et je suis en vue.

-C'est clair mais ça n'explique pas tout, non ?

-Non mais j'ai un droit de réserve, moi-aussi.

-Ah ! Alors ,tout est bien.

Il n'y avait rien à faire et Magda, de son côté, gardait le silence certaine sur ces quelques pensionnaires plus fragiles que les autres. Elle les aurait trahis en parlant à leur place.

 Au bout de trois visites, Paul marqua le pas. Son travail le tenaillait et il était pressé de rester dans la capitale.

-L'échéancier sera bientôt prêt pour chacun des jeunes gens. Il s'étale sur plusieurs mois. Leur visibilité sera meilleure. Les salles sont bonnes, très centrales et l'attention sera attirée sur ce qu'ils présentent. Le public devrait répondre. J'y ai veillé.

-Je vous remercie infiniment, Paul. Vous êtes d'une efficacité !

Elle avait toujours son élégance de grande dame et il aimait sa façon de le remercier. Comme elle le raccompagnait à la gare, elle lui dit :

-J'ai un projet qui mûrit. Je vais vous écrire et je l'espère vous convaincre.

-Oh, que de mystères !

-Non, c'est simple.

Paul monta dans le train. Elle voudrait sans doute qu'il revienne. Il était très occupé, surchargé de travail à cause de ces jeunes artistes, il céderait. Ou plus exactement, il céderait à cause de la douceur et de la tristesse voilée d'Esmed.