brune 1

Elle avait écrit que  brune et mature, elle cherchait des amours qui sortaient des sentiers battus et qu’elle se sentait transportée de joie à l’idée de rencontrer un être « fantasque, dur et autoritaire » qui saurait la guider et la faire obéir.

C’était ses mots, pas les miens.

Elle disait clairement ce qui ne lui conviendrait pas et ce vers quoi elle tendait…

Discuter avec elle montrait bien qu’elle était assez néophyte et ignorait bien des pratiques, tout en en ayant probablement le goût. Alors, à l’évidence, il fallait d’abord la choyer…

Quand elle me vit dans l’encadrement de la porte, elle se montra d’abord indécise et gênée. Elle portait une jupe noire qui ressemblait à un jupon et un corsage ajusté rouge, assez ouvert. Cette mise me surprit car elle était audacieuse. Jeanne ne m’avait pas préparé à cela ! Elle portait de jolis escarpins à hauts talons qui la faisaient se tenir dans un joli et précaire équilibre et avec cela, elle avait forcé sur le maquillage et les bijoux. Oh, rien de bien vulgaire bien sûr mais tout de même. En l’observant rapidement, je devinai qu’elle portait un soutien- gorge mais pour le reste, je ne me prononçais pas.

brune 2

Elle changea très vite d’attitude et me sourit en me laissant entrer ; Je découvris un décor qui ne lui allait pas bien mais dont elle s’accommodait. L’appartement, d’assez petites dimensions, était situé au troisième étage d’un bel immeuble et aurait pu ouvrir sur la rue, offrant ainsi le spectacle du jardin du Luxembourg. Malheureusement, Il ouvrait sur une petite cour intérieure, ce qui le rendait un peu sombre. L’amie de Jeanne l’avait abondamment meublé dans ce style anglais un peu rustique qui faisait fureur il y a quelques années. ¨Pris séparément, chacune des pièces du mobilier était belle mais à l’évidence la concentration de commodes, étagères, fauteuils, canapé et petites tables nuisait à l’équilibre. En outre, l’amie partie en Angleterre semblait raffoler des gravures naïves évoquant le lièvre de Mars et le chat de Chester, entre autres. Bref, cet assemblage de meubles en pin, de tentures rouges et d’encadrements typés formait un décor confondant, convenant peu, il faut bien le dire, à la discussion que nous étions amenés à avoir…

Mais mon élégante apparence, ma patience et le champagne au goût raffiné que j’avais apporté eurent vite raison de la timidité de Jeanne.