MEDECIN DEVENU SDF

Louis, l'ancien docteur.

A la manière d'écrivain que j'aime, une façon d'aborder le thème de la disparition.

Il fut un temps où, fils de famille, il faisait le beau à Paris, juste après son bac. Il était alors mince, élancé, rieur et un peu prétentieux. En médecine, il s'est fait repérer par son côté travailleur, sa rapidité d'esprit et son ambition. A la sortie de ses études, il a chois Angers, une ville moyenne pour succèder à un ami de son père, lui-même médecin. Jusqu'à trente cinq ans, il n'a rien fait qui ne soit attendu de lui. Cabinet florissant, achat d'une belle maison puis d'une résidence secondaire, mariage avec une pharmacienne et naissance de deux enfants coup sur coup. Le bonheur. La prosperité.

A quarante cinq, il a perdu son jeune frère énarque, emporté par une maladie orpheline. Il lui restait deux soeurs. Il a été choqué mais, d'après les siens, a repris le dessus. Des vacances en famille en corse, des croisières avec des amis argentés. 

C'est à quarante sept ans qu'il s'est démarqué des siens. Il est parti en Inde plusieurs mois durant, sac au dos. Ses enfants étaient grands, selon ses critères, sa femme autonome et son cabinet géré par un remplaçant. Il a peu donné de nouvelles et s'est révélé difficile à joindre. Au retour, il était changé. 

Il s'est plaint de douleurs violentes à la tête, s'est fait de nouveau remplacer et s'est interessé au bouddhisme.

Deux après son voyage en Inde, sa santé mentale paraissant altérée, sa femme a vendu le cabinet. Il n'y avait pas de problème d'argent, le couple ayant fait d'adroits placements. Le Docteur Louis pouvait donc se reposer sur ses lauriers. Il a fait mine de le faire puis un soir d'été, à quelques jours d'un nouveau départ en Corse, il s'est absenté pour faire quelques courses et n'est pas revenu.

Laure, sa femme, ses parents et beaux parents ont déployé des moyens considérables pour le retrouver mais depuis trois ans, rien n'est concluant. Son téléphone a été tracé, son ordinateur aussi. On a interrogé ses proches, les commerçants du coin, des amis d'enfance. Avant de disparaître, il ne s'est disputé avec personne.

Il y a un an, Sophie, sa fille aînée, a cru le reconnaître dans le métro à Paris. Devenu SDF, il avait perdu de sa superbe et ne sentait pas très bon, mais elle a un choc. En parlant avec ce laisser pour compte, elle a été frappée par la similitude entre sa voix et celle de son père. Il l'a éconduite cependant, il avait bu. Le lendemain, elle l'a cherché au même endroit sans le trouver...

Tel un personnage de Paul Auster, il s'est clochardisé, vit avec quelques autres, parvient à subsister et n'a pas, loin de là, trouvé celui ou celle qui lui permettra de renaître à lui-même.

Si c'était le cas, cependant, il vivrait différemment. Médecin, bien sous tous rapports, marié et père de famille, c'était avant, au temps des belles voitures et du Rotary Club.

Il aimerait être magicien et se produire dans les écoles. Comme quand il était enfant et que l'un d'eux venait.