ABS 3

 

Je le connaissais depuis quelques mois. Je suis arrivée à Sarlat en août et me suis retrouvée dans le même collège que lui et dans la même classe aussi. Il avait l'air de bien s'y plaire et je l'ai pas senti isolé. Il jouait un peu au foot et adorait la natation. Sinon, il n'avait pas des résultats super mais il était "scolaire", comme disent les profs, et travaillaient assez bien. On riait beaucoup en anglais et en espagnol. Au collège, il y a des garçons et des filles canon. On tourne autour d'eux, on leur fait la cour. Alexandre, il n'était pas vraiment beau mais c'était quelqu'un d'attentif. J'aimais bien être avec lui. Je ne le considérais pas comme un garde du corps, non, car il n'était pas assez baraqué mais il savait être réconfortant.

Faire une fugue? Il n'en a jamais parlé clairement. Mais il avait une vie intérieure assez secrète. Peu savaient qu'il écrivait des poèmes, s'intéressait à l'Irlande et au Japon, avait envie d'aller à Rome. Extérieurement, il faisait comme nous. Texto, portable, facebook. Même sa façon de s'habiller. Mais intérieurement, il aspirait à une vie différente, magique et exotique.

Je sais, on le cherche depuis un an et demi, mais je n'arrive pas à croire qu'il ne reviendra jamais. Ces fugueurs là, à un moment, il leur pousse des ailes. Ils sont ingénieux.

Il se cache quelque part et mène une vie heureuse. Laquelle ? 

Je ne sais pas.