gg

Je me souviens de lui, quand j'avais cinq ans. Il avait son studio en ville. Un grand froid entre eux. Il avait des musiques de films qui avaient retenu l'attention et trouvé preneur et tout d'un coup il n'était plus ce charmant dilettante dont chacun savait qu'il disposait certes d'un sens artistique mais d'aucun sens commun. Il surprenait désagréablement en ayant du succès une épouse et une belle famille dont il déjouait soudain les plans...Lui, était ravi. Il voulait poursuivre sur sa lancée,  aller à Paris et comme ses vues n'étaient pas bien comprise, il vivait de son côté momentanément.

Ça n'a pas duré car ses projets ont tourné court. Pourquoi? Je ne sais pas. Il est revenu avec nous. Ma mère voulait un second enfant, une petite sœur pour moi. L'idée me plaisait et mon père semblait content, lui-aussi. Depuis quelques temps, il animait diverses chorales, donnait des courts de guitare et animait des soirées dans un restaurant bon enfant, ce qui le rendait bien plus acceptable dans la famille maternelle. Il allait souvent à Toulouse voir sa propre génitrice, qui avait des soucis de santé mais ma mère rechignait à le suivre. Moi, j'étais interloquée par sa famille à lui, bruyante, bohème et créative en diable mais je respectais l'interdit maternel. Je ne demandais pas à le suivre.

Il parlait beaucoup d'Espagne.

Elle espérait être enceinte.

Il a évoqué une vie possible à Barcelone.

Elle a une fausse couche précoce.