FAITHHHHHHHHHHH

Avec Faith, George devient une énorme star qui fait l'objet de toutes les spéculations et de toutes les interrogations...

George lui, était plus mitigé. En quelques semaines, l'album se vendit de façon phénoménale en Angleterre bien sûr mais aussi en Europe et aux USA. S'il voulait prouver qu'il n'était pas réductible à Wham mais un artiste à part entière, à même de construire une carrière solo, il avait gagné la mise. Mais s'il souhaitait s'adresser à un public différent, qui s'étonnerait de la solidité de son inspiration et de la profondeur de son œuvre, il s'était trompé. Il y avait toujours autant de filles qui se trémoussaient et minauder en rêvant qu'elles couchaient avec lui ! Intelligent, il voyait bien le piège dans lequel il tombait.Il était à la mode mais il ne s'affranchissait pas, n'était pas reconnu comme singulier... Que faire ? C'était un ras de marée. Un semaine numéro un en Angleterre, trois mois en tête des charts aux USA, quatre hits classés numéro un. Ce succès le mettait au rang de Michael Jackson, de Prince, de Madonna. Incroyable ! Il essayait bien de garder la tête froide en déclarant:  Les gens s'imaginent qu'il n'y a rien de plus facile que le mélange des genres. Ils ne voient que l'aspect superficiel des choses et ignorent que, dans tout ce marché d'adolescents survoltés, il y a un courant d'acheteurs fidèles, qui m'aident à évoluer. Le marché est plus difficile aujourd'hui. Le public est volage, tout change vite...  A y bien réfléchir, il aurait pu trouver à qui parler.

-Je suis un produit comme un autre. Je suis considéré car je vends énormément. Mais demain ?

-Oui, je voulais un grand succès populaire mais je suis un chanteur à textes, non ?

Elton John par exemple était tout prêt à l'entendre...Mais George s'estimait bien moins fort et libre d'esprit que lui. Non, ça ne fonctionnerait pas. Il fallait être Elton pour avoir un tel aplomb, se moquer de l'opinion des autres et avoir donné à sa carrière le tour qu'elle avait pris. Lui, George, voulait donc rester dans la course et avec ce succès fou, il caracolait en tête de peloton. Parler ? Non ou pas trop fort.