DEUX

Puisqu'il rencontre Franck Sinatra, dont la carrière l'éblouit, George lui fait part de ses doutes concernant la célébrité. La Star américaine ne comprend pas. 

-Oui, bien sûr !

-Vous savez, il n'existe pas un acteur ou un chanteur américain qui ne cherche la gloire et s'il devient célèbre à un point tel qu'il ne peut plus faire deux mètres dans la rue sans être harcelé, il est content ! Pour devenir un star, il faut s'être battu c'est vrai mais il faut aussi sacrément sortir du lot ! C'est votre cas, il me semble...

-Mais s'engager pour dix mois, comme je l'ai fait pour le Faith tour, c'est terrible ! A la fin, je devenais fou...

-Vous vouliez la gloire et le succès ?

-Plus que tout.

-Vous avez les deux ! Voilà, c'est tout...

-Mais je pense...

-Faut pas penser. Faut garder la gloire ! Si tu restes célèbre, on t'adore aux USA ! Et ailleurs, c'est pareil. Faut mettre le flair et le culot devant et la pensée derrière...

-Il y a beaucoup de contraintes...

-Quoi, parce que des mois durant, on n'est pas chez soi...Des contraintes, oui, et alors ? Tu es tout en haut !

Une légende vivante ce Sinatra ! Enfant unique d'immigrés italiens, il avait eu une mère institutrice puis sage-femme, qui avait à l'occasion pratiqué des avortements clandestins. Pleine d'aplomb, madame Sinatra mère s'était lancée en politique,devenant déléguée démocrate auprès du maire de Jersey City. Son père, un Sicilien qui était né dans le même village que Lucky Luciano, avait, au milieu d'une existence pleine de péripéties, ouvert un bar sous la Prohibition, ce qui dénotait un à-propos déroutant et une faible peur de la police...Le petit Franck avait du, très tôt, comprendre que le respect des lois et de la bienséance n'est pas forcément compatible avec la réussite financière et artistique. D'ailleurs, il en existait d'autres des lois, même si elles ne relevaient pas de la Constitution des États-Unis...Enfant, Franck écoutait Bing Crosby sur une radio que sa mère lui avait offerte et c'est là qu'il avait commencé à chanter dans le bar paternel. A quinze ans, il avait lâché l'école et fait toutes sortes de petits boulots. Ce garçon plein de vie voulait être chanteur alors qu'il avait une ouïe déficiente puisqu'il avait eu le tympan perforé à sa naissance. En dépit de tout, il s'était produit dans différents groupes et avait commencé à se faire connaître mais ce n'est qu'en 1946 qu'il avait sorti son premier album The Voice of Franck Sinatra. Il avait été immédiatement repéré et admiré.Parallèlement, il avait commencé une carrière de comédien. Ses succès dans les deux registres avaient été innombrables. Sinatra était à la tête d' un répertoire de plus de deux mille chansons. Il avait vendu plus de cent cinquante millions d'albums. Peu pouvait en dire autant et le concurrencer... Crooner à la réputation mondiale, surnommé The Voice  ou encore  le Gangster d'Hoboken , en raison de ses liens avec la mafia,c'était une figure majeure de la musique américaine.  Ami de nombreuses célébrités comme Dean Martin et Sammy Davis Junior, il avait frayé avec des hommes d'état parmi lesquels les Kennedy...

EFFRAYE

-Oui, vous avez peut-être raison.

-Pas « Peut-être », j'ai raison. Bon, tu fais un album qui fait un carton ! Tu fais quoi après ? La promotion bordel  et tu ne lésines pas ! Très important, la promotion ! Un autre album marche moins bien, tu ne restes pas planté là ! Tu prends des cours de comédie et tu joues dans des films !

-Vous l'avez fait vous même et tourné avec Otto Preminger, John Huston et Frank Capra !

-Ouaih, des génies putain ! Et tu n'oublies pas Vincente Minelli et Joseph Mankiewicz ! L'Age d'or hollywoodien, ils disent maintenant ! Tant qu'il y aura des hommes, le premier, c'était en 1953 et j'ai tourné le dernier en 1980, De Plein fouet...Et note que les ai tous connus : Lancaster, Anthony Quinn,Gable,Gregory Peck et ce petit là qui n'avait pas l'air bien...Montgomery Clift ...Et il y avait les femmes aussi. Tu sais que j'ai tourné avec Grace Kelly ?

-Euh, oui...Je pourrais devenir acteur ?

-Ben, oui ! Tu prends des cours ou peut-être que tu n'en as même pas besoin ? Tu as une sacrée présence scénique, à ce que j'ai compris... Mais bon, je continue : tu joues dans un film qui fait un carton ! Paf, on parle à nouveau de toi. Alors qu'est-ce que tu fais ? Un autre album et comme tu as le vent en poupe, c'est le jack-pot ! Et surtout, tu ne t'arrêtes jamais ! Tu es partout en même temps ! Tu parles, tu montres ta tronche dans les magazines, tu te pavanes dans de grandes réceptions, tu t'achètes des baraques de milliardaires et dès qu'il y a un concert important, une manifestation quelconque, tu rappliques, tu es de la partie !

frank-sinatra-george-michaels-letter-1990-0

George hochait la tête. Sinatra devait être incapable de ne pas faire un show quand il parlait à quelqu'un. Il avait été et était toujours immensément célèbre et avait une voix magnifique. Toutefois, ses liens avec Carlo Gambino et Sam Giancana, deux grands pontes de la mafia, étaient certains depuis des années. C'était un homme de pouvoir à qui il était préférable de plaire..