NOMI

Ce que voudrait George, tout auréolé du triomphe de Faith, c'est s'affirmer et aimer vraiment. Mais son image est celle d'un tombeur hétérosexuel, la vague sida se profile et jouer les jolis coeurs auprès d'un mannequin à la mode est facile... 

Klaus Nomi avait ouvert le bal. Né en 1944, ce chanteur passionné d'opéra et du reste très bien formé, avait entamé une carrière allemande qui n'avait pas vraiment décollé. Il était alors parti pour New York où il s'était produit dans des cabarets expérimentaux. Il avait de nouveau pris des cours de chant et fait la plonge pour se les payer. Il guettait sa chance et en 1979, elle lui avait souri. Sept ans tout de même qu'il était là et voilà que David Bowie l'avait repéré. Avec lui, il était apparu à la télévision américaine, et avait déjà dessiné son personnage étrange et comme prêt à repartir pour cet ailleurs dont il venait. Il avait signé deux albums et connu la notoriété mais en 1983, à l'âge de trente-neuf ans, il était mort. Les derniers jours, ravagé par cette maladie jusque là inconnue, il n'était pas reconnaissable. Rock Hudson le suivrait en 1985 et tant autres ensuite, connus ou inconnus, jeunes ou moins jeunes, aptes à parler ce ce qu'il leur arrivait ou pétrifiés pas le malheur...La vague sida des années 80-90 ferait des millions de morts. Sale période pour tomber amoureux de quelqu'un de son sexe et surtout pour le proclamer...George avait-il entendu le douloureux et magnifique Cold Song, cet air de Purcell que Nomi avait si magnifiquement interprété ? Oui, il la connaissait, cette marche graduelle vers la mort...Et il savait aussi ce qu'avait dit Hudson avant de mourir. Il avait menti pour préserver sa carrière mais désormais, il voulait qu'on sache...En 1991, Freddie Mercury, que George connaissait bien,ferait de même . Lui-aussi voulait qu'on sache ! Seigneur ! Rien que d'imaginer à quel point avait pu être détruite la beauté physique de l'acteur américain, il en tremblait d'émotion. Et Freddie, il le verrait hâve, blafard, essayant de ne pas trembler...

 

hhheee

Il aurait été si simple d'en rester à Brooke Shields ! L'actrice et mannequin américain avait alors le vent en poupe. Sa mère qui était tout à la fois son manager et « sa grande amie » surveillait de près ses fréquentations. Mais George Michael...Dans une petite revue pour adolescents, il trouverait cet article d'une insondable mièvrerie...