LISTEN

3. Un désir d'indépendance.

Avec Faith, George s'est senti puissant et paradoxalement assujetti. Avec son second album, il entend faire davantage comme il entend. Si on peut le comprendre en Angleterre, il n'en va pas de même en Amérique. Sony se fâche...

«Monsieur Sony-Angleterre » avait l'air embarrassé mais il gardait bien sûr une réserve toute britannique.

-Qu'entendez-vous exactement par « pas de promotion » ?

-Je pense que c'est clair. Listen without Prejudice est mon nouvel album. Il sort, je donne quelques interviews, les clips déjà tournés circulent et je n'assure que les concerts déjà prévus.

Il se raclait la gorge :

-Monsieur Michael, il faut promouvoir votre travail.

-Je le fais : c'est un bel album.

-Ce n'est pas ce que je veux dire. Déjà, vous ne figurez pas sur la pochette...

-C'est faux ! Je ne suis pas en couverture mais tous ces gens heureux, torses nus sur un plage,c'est mieux ! Ils écoutent sans préjugés. Ils sourient...J'aime beaucoup cette photo. Elle a été prise en juillet 1940 à Coney Island par un photographe qui, plus tard, a travaillé avec Stanley Kubrick. Et puis, on me voit au dos de la pochette. Sans veste de cuir, c'est vrai et différent...

-Vous jouez avec les mots...Dans votre clip de Freedom, on vous entrevoit de temps à autre...

-J'ai convoqué les super modèles les plus fascinantes de la planète et David Fincher a fait un très beau travail. Vous n'aimez pas ?

-Si...

-Vous êtes insensible à la plastique de Naomi Campbell, de Linda Evangelista, de Cindy Crawford et à la façon dont elles fredonnent ma chanson. C'est pourtant si sensuel !

-Non. Mais écoutez : vos fans veulent vous voir. Vous savez bien que les troublez...Il faut d'autres photos et des clips...différents...Sans parler de la scène, des interviews, des passages à la télé...

-Jolie façon de dire les choses...

-Écoutez, monsieur Michael, en Grande Bretagne, on vous passera vos manières d'enfant terrible car vous êtes célèbre, avez fait beaucoup de scène, beaucoup de télé, été très actif dans des concerts caritatifs. On adore votre jeunesse, votre désinvolture et on ne saurait vivre sans votre musique. Par ailleurs, les tabloïds s'ennuieraient sans vous tant vous faites partie de leur fond de commerce. Mais vous avez voulu viser haut et obtenu un succès international. Ce sera très compliqué. Bon sang, vous êtes distribué par Sony...

-Et ?

LLLLISTEN

-Et vous allez au devant d'ennuis importants. Cowboys and Angels : on ne vous voit pas. Praying for time : vous n'êtes pas là...Freedom 90 déjà mentionné, vous condescendez à vous laisser entrapercevoir...Et avec cela, vous estimez que votre album fait sa promotion tout seul...

-C'est le cas !

-Non ! Je vais être franc : vous risquez de décevoir et cela vous vous y attendez en vous disant qu'ils s'y feront forcément et que vous les rattraperez au vol ! Mais ce n'est pas cela : ils ne comprendront pas ! Vous vous êtes beaucoup déhanché, monsieur Michael et croyez-moi, le fait que vous ne souhaitiez plus le faire car vous avez mûri sera pris pour ce qu'il doit être : une provocation, un entêtement sans fondement...C'est un prise de risque qui peut vous coûter cher...