chanson GM

George, qui s'interroge sur son orientationa sexuelle et amoureuse, entend pour la première fois sa mère évoquer son frère, Colin. Lequel frère s'est suicidé. Une condamnation familiale

-Colin ? J'ai un oncle qui s'appelle comme ça ?

Lesley parut gênée. Sur une des photos, la fratrie posait toute ensemble. Ce « Colin » était un garçon mince aux cheveux épais et au sourire discret. Ni beau, ni laid, encore très jeune. Sur le second cliché, il posait seul. Il portait une chemise blanche et une cravate et les traits de son visage étaient plus distincts. Plutôt charmant, avec son teint pâle, son sourire juvénile et son regard vif.

-Il est mort il y a longtemps.

-Tu ne m'en as jamais parlé.

-Non, dans les familles, il y a parfois des gens dont il est difficile de parler...

-Pourquoi ?

-Tu vois, ce garçon là, il était le plus intelligent de nous quatre. Il avait dix-huit ans et avait obtenu une bourse pour une petite université, ce qui nous semblait extraordinaire. Il avait travaillé d'arrache-pied pour l'obtenir, seulement il s'est fait aider par un universitaire philanthrope, enfin c'est que nous avons cru...Parce que mes parents ont eu des soupçons sur cet enseignant. Ils ont trouvé des lettres...Colin était sens dessus dessous mais il fallait mettre le haut là ! Franchement, cette façon de faire...

-Et qu'est-il arrivé ?

-Il s'est produit quelque chose de très malheureux. L'universitaire s'est retiré du jeu et a déménagé par crainte du scandale. Mes parents ont envoyé Colin chez ses grands-parents paternels au Pays de Galle, histoire de lui remettre les idées en place. Seulement, là-bas, il s'est pendu.

-Pendu ! Mais c'est horrible !

-Oui, c'est très triste. On ne me l'a pas dit sur le moment car j'étais déjà en salle de travail. Tu allais naître, tu comprends...

-Tu veux dire qu'il est mort le jour où je suis né...

-Oui, à quelques heures d'intervalle, bien sûr...

Il y avait de quoi se lever et arpenter nerveusement le salon où ils discutaient. Comment ne pas être bouleversé ? Ce jeune homme qui se supprimait alors même qui sa sœur prenait son nourrisson dans ses bras ! Sa mère...Elle savait, elle savait et c'était sa manière de le lui dire. Elle avait bien compris depuis Wham qu'Andrew et lui faisaient des soirées de beuveries et se passaient des filles. C'était cavalier mais ça la rassurait. Depuis qu'il chantait seul, il avait du faire l'amour à droite à gauche. Il était jeune, célèbre et beau, pourquoi n'aurait-il pas assouvi ses besoins ? Elle le critiquait d'autant moins que cette charmante Kathie avait paru le stabiliser. Et maintenant ? Qu'est-ce qui n'allait pas ?

-Je ne pensais pas te bouleverser !

-Et bien, c'est manqué !

ZZZM

-N'oublie pas que ça ne fait pas loin de trente ans ! L'état d'esprit n'était pas le même...Je veux dire qu'aujourd'hui,le sort de mon jeune frère frère aurait été...aurait été...différent.

Différent certes mais si embarrassant ! Mal à l'aise, lui opposa un mutisme embarrassant. Elle rangea les photos et tenta de changer de sujet sans succès. Plus trop le moment pour lui conseiller des fiançailles mais tout de même...

-Dans chaque famille, il y a des difficultés. J'ai gardé cette mort pour moi très longtemps. Désolée...

-Non, ne sois pas désolée. Il est mort très jeune, voilà tout.

Son George si sensible ! Il avait envie de s'attacher à quelqu'un. Une mère sait cela. Dans son cas, tout était clair, il ferait son choix bientôt et celui-ci serait pour elle plus confondant encore. Alors, pourquoi pas lui parler de Colin...

Plus tard, il appela un ami pour qu'elle puisse aller voir un film avec lui et quand il fut seul, il pensa à la courte vie de ce jeune Colin. Il écrirait une chanson sur lui.

 

Ma mère avait un frère

Ils disent que je suis né le jour de sa mort

Quelqu'un à qui s'accrocher, a-t'elle dit,

Quand tous les bruits et la honte sont venus appeler

 Ce serait sa réponse.