yeux FERMES

Jusqu'à ce stade de sa carrière, George Michael a soigneusement gardé le secret sur sa vie privée tant avec son public qu'avec sa famille. Mais la rencontre avec Anselmo change la donne; cette fois, la star veut être sincère. Ses aveux n'atteignent pas forcèment ses parents comme il le voudrait

A y bien regarder, il connaissait assez peu celui qui était son grand amour. En tout et pour tout, leur liaison aurait duré deux ans mais pendant cette période, ils seraient souvent séparés. Mis bout à bout, les moments passés ensemble représentait huit mois. Trop peu pour parler de bases solides mais assez pour que les exigences de l'amour soient posées. Une fois, une seule, il avait tenté sa chance en famille.

-J'aime quelqu'un qui vit au Brésil.

-Ah !

-Il est styliste. C'est quelqu'un de très sympathique...

C'était un repas familial animé. Il avait pris sa mère à part. Elle semblait avoir parfaitement entendu car, en lui souriant, elle avait dit :

-Tu es heureux, alors...

-Très heureux.

-Eh bien, c'est parfait !

Mais l'instant d'après, elle avait entendu pleurer un des enfants de Yioda et elle avait changé de pièce. La leçon était limpide. Plie toi à cette règle de silence qui te permet de rester proche de moi. Admire ces belles robes aux couleurs fortes que j'aime arborer et ne me parle de...du Brésil, c'était ce pays là ? On ne choque pas les gens, on n'est pas désobligeant avec eux, on ne les offense pas moralement car c'est grave, très grave ! Il ne voulait pas les choquer, il les aimait et voulait qu'il sache. Mais on lui avait assigné une place dorée de chanteur milliardaire pourvoyeur pour les siens de sécurité matérielle et morale. Il devait s'en contenter même auprès de Mélanie qui, pourtant, pour avoir travaillé avec lui, devait en savoir un peu plus. Le spectre d'un second Colin ne devait pas ressurgir. Cela George le recevait confusément sans pouvoir le comprendre et il en souffrait.

Mais les mois passaient et l'échéance fut atteinte.En 1993, Anselmo mourut d'une hémorragie cérébrale liée à sa séropositivité dans un hôpital au Brésil. Alors, George prit la plume et s'adressa à sa famille...

AG

Je leur ai écrit une lettre de quatre pages après sa mort, et c'était la chose la plus simple que j'aie jamais écrite, étant donné que ma sexualité était le seul problème non résolu. C'était difficile, en termes de sexualité, de parler à des parents mais certains l'avaient fait. Seulement, j'étais George Michael. Cette lettre, ils l'ont lue et j'ai ensuite demandé à mon père de me la retourner. Ma mère a dit que c'était la plus belle lettre qu'elle ait jamais lue. Cela expliquait complètement ce que je ressentais et pourquoi elle n'avait pas à s'inquiéter pour moi. C'était la chose la plus simple - et ça aurait dû être la chose la plus difficile. Quant à mon père et à mes sœurs, elles ont été touchés aussi.

C'était oublier un peu vite combien des années durant, il avait respecté la loi du silence dans sa famille puisque,seul Kyriakos s'était montré ouvert.

-Te juger ? Quel que soit le sujet abordé, je ne le ferai pas. Sois fier !

Plus tard, bien plus tard, il déclarerait : Je n'ai jamais eu de problème moral à être gay. J'ai cru être tombé amoureux d'une femme une fois. Ensuite, je suis tombé amoureux d'un homme, et je me suis rendu compte que ces deux relations étaient différentes. Qu'il y avait de l'amour dans la seconde.