lesLEY 5

Paraître plus solide ne suffit pas. A l'annonce de la maladie de sa mère, qui est fondamentale dans sa vie, George est rongé par l'anxiété. A sa mort, il est anéanti

Mais le beau texan, même s'il avait entraperçu la nature fragile de George, pensait à tort qu'il s'était endurci. Il suffisait de voir comment il s'y prenait avec les journalistes et comment il captivait les foules pour sentir sa force. Elle était réelle sauf si on touchait à quelques points névralgiques. Le plus important d'entre eux était la solidité de sa mère, sans laquelle il n'était rien. Or, celle-ci vacilla...

George avait appris que sa mère, se sentant fragile depuis quelques mois, avait enfin consulté un médecin. Quand elle s'était résolue à en voir un, celui-ci avait levé les yeux au ciel. Comment ça pas d'examen médicaux sérieux depuis des années ? Elle avait cru dangereuse une grosseur suspecte dans la poitrine mais c'était une fausse alerte ! Mais Lesley se réjouit trop vite. Elle ne prit par garde à une tache qu'elle avait sur la peau et quand elle s'en inquiéta sérieusement, elle avait cancer déjà avancé...Traumatisé par la perte d'Anselmo, George se démultiplia pour que sa mère soit bien soignée mais le verdit tomba : après lui avoir fait croire qu'il lui restait quelques chances, on lui savoir qu'elle n'en avait plus que pour quelques mois...

Ainsi donc, ça recommençait. Attendre, attendre et savoir qu'il n'y avait rien à d'autre à faire puisque la mort était à l’œuvre. L'agonie de son amour brésilien : six mois d'horreur. Le déclin de sa mère : huit mois. Le 26 février 1997, elle rendit l'âme.

A l'annonce de sa mort, George hurla puis resta prostré dans sa chambre des heures entières. Il était revenu à Londres, inquiet. Aux obsèques, il parut seul. Tous sanglotaient. Lesley Angolf Panayiotou fut inhumée au cimetière de Fulham, non loin de son dernier domicile. Une petite tombe blanche surmontée d'une croix, dans un écrin de verdure. Ce n'était pas paisible, c'était terrifiant. Comment ferait-il ? Kenny, pris par ses affaires aux États-Unis, fit des allées et retours et se montra ouvert et aidant. Il fut toutefois suffoqué...Il avait vu juste en trouvant très fort le lien entre George et sa mère mais malgré tout, il l'avait sous estimé.

LESLEY 1

Un monde sans Lesley Angold n'avait aucun sens pour celui qui était avant tout un fils. Puisqu'elle avait quitté ce monde, qu'était-il amené à y faire ? Kenny se souvint de ce que son compagnon lui avait dit : Ma mère était une femme d'une grande compassion, et elle ressentait beaucoup comme moi que nous vivions dans un monde qui était progressivement vidé de tous sens. Maintenant, il était seul. Pas de quoi restaurer la perte de sens.

 Il perdait la plus belle femme du monde...Il pleurait, montrait son abattement en privé mais tentait des déclarations publiques optimistes