LADY DI ET GM

George Michael et Lady Diana ont été très proches. Voici ce la princesse aurait pu dire en son for intérieur...

J'ai fait un impair. La première fois que je vous ai vu, j'ai dit pour moi-même : ah mais quel bel homme ! Il attire bien des femmes et il est gay ! Pourquoi la vie est-elle si mal faite, je vous le demande ? Je reconnais que c'était déplacé car mes fils m'ont entendue. En effet, j'avais parlé tout haut ! Ils auraient pu répéter ce que, je crois, vous vouliez ne pas ébruiter...

 

Je crois que je suis plus adroite avec vous, maintenant. D'ailleurs, vous êtes très drôle au téléphone et vous venez me voir ! Je ne vais pas vous mentir. Je flirte ouvertement avec vous. Je sais que vous le savez et prenez les mesures nécessaires ! Oh, ne dites pas que c'est faux. Il vous arrive de changer de siège tout de même...Quoi ? Mais vous ne voyez pas que je m'amuse. Croyez vous que ce soit facile pour moi de vous voir entrer dans une pièce, si grand, si élégant, vos cheveux parfaitement en ordre avec en prime ce sourire et les fragrances de votre eau de toilette qui m'attirent irrésistiblement et ceci sans parler de l'effet que produisent sur moi votre visage et votre corps...Inutile de vous défendre, cet Américain qu'on voit avec vous...Il n'y a rien à tenter. Croyez-moi : vous savez lancer les messages qu'il faut...Seulement, moi...

 

J'ai été mariée avec un homme qui ne s'intéressait pas à moi. Sa famille m'estimait moins qu'un joli bibelot de prix, moins qu'un beau chien qu'aurait acquis Charles ! Savez-vous qu'il s'est moqué de moi pour avoir donné naissance à des enfants roux. « Ma pauvre, vraiment ! Une telle couleur de cheveux ! Êtes-vous capable de faire quelque chose de bien ?  J'en doute sincèrement».Je ne savais rien de rien mais mes deux garçons, je les ai immédiatement adorés. Et j'ai ravalé mes larmes. Ils sont la prunelle de mes yeux et je voudrais toujours les avoir dans mon sillage...

 

 

lADY d ET cHARLES

Al Fayed ? Très distingué, un chevalier servant magnifique. Vous voyez George, c'est la presse qui fait des fautes de vocabulaire. Ils diront c'est l' amant et elle la maîtresse ! Moi, j'ai dit chevalier servant ! Il est dévoué, drôle, bavard...Et le Ritz !

 

J'aurais voulu être une collégienne anglaise qui allait vous voir à l'époque de Wham ! Si, si...Vous m'auriez signé un autographe, j'aurais eu plein de posters de vous dans ma chambre et ma mère aurait râlé...Quoi ? Bien sûr que c'est drôle...D'ailleurs moi aussi, je ris aux éclats...

 

Un lien nous unit et il est étrange, n'est-ce pas ? Ce que vous comprenez de moi, je le comprends de vous. Je vois ce qui est au plus profond de vous...Vous avez une belle âme mais elle est sensible. Si on ne pouvait pas vous faire du mal, vous ne seriez pas assis avec moi en ce moment. Les crétins sont insensibles, vous avez remarqué...

 

Votre mère a du vous aimer tellement fort ! Elle vous a crée tel que vous êtes, avec cette belle ossature de visage, ce corps long et ferme, cette force...J'ai dit vulnérable et je dis fort maintenant... Mais vous êtes comme ça, non ?

 

 

LDGM

Je suis amoureuse. Ce n'est pas Al Fayed. Ah, j'irai quand même à Paris avec lui. Le Ritz, son père...

 

Si à un moment on ne se voit plus autant, je penserai à vous. Et vous, vous penserez à moi ? Oui ? C'est oui ? Oui !