Maison place CA

Après son arrestation, George est indécis. S'affirmer pour ce qu'il est nuira t'il à sa carrière? La rencontre avec un garçon sur la plage apaise sa douleur. Il part à sa recherche. 

Ils ne se donnèrent pas de nouveau rendez-vous, disant que c'était mieux qu'ils s'appellent. Ne pouvant le joindre, George se rendit en fin de journée à la petite maison et y trouva bien le chien blanc mais accompagné cette fois d'une femme brune à l'allure bohème.

-Erik ? Il est à San Francisco. Je suis rentrée plutôt que prévu et il avait la chance de se faire héberger là-bas...

-Il ne repasse par ici ?

-Oui, non, je n'en sais rien. A mon avis non.

-Bon, en ce cas...

-Ah attendez ! Il a laissé un message.

Une adresse et un numéro de téléphone suffisaient-ils ? Non pour ce qu'il avait à porter actuellement mais oui pour le denier du rêve...

Dois partir. Te laisse coordonnées à San Francisco. Garde le cap. Erik.

C'était un message frais. Le cœur de George se serra. Il voulait avoir son âge, attendre celui qui viendrait et n'avoir pas encore à porter la gloire de Faith mais aucun retour n'était possible. Il lui restait un peu de temps avant son audience, Kenny s'obstinait à lui battre froid et quand il était dans de telles dispositions, il était difficile de le dérider. Mieux valait laisser passer un peu de temps. San Francisco ? Il avait adoré cette ville. Très bien, alors, il irait...Ce furent trois jours tranquilles dans une petite maison colorée un peu en dehors de tout. Rien n'avait encore atteint de plein fouet cet Erik, cela se sentait car il était confiant. Il avait du, de plus, être élevé dans un milieu solide, ouvert et équilibré. Toujours calme et observateur, il continua de surprendre George par cette approche douce et très attentive de l'acte sexuel. Il était apaisant et c'est ce dont le chanteur avait besoin.

-Je ne connais rien à la danse classique.

-Tu n'es pas le seul. Ne t'inquiète pas pour ça.

Il lui parla de la perte de sa mère et des états dépressifs qu'il avait traversés avec sa mort sans rencontrer le moindre reproche.

-Qu'elle disparaisse a été insoutenable pour moi. J'ai souffert, j'ai été contradictoire...Mon premier vrai amour est mort cinq ans avant elle. Du sida. Je crois que je me suis souvent puni...et affirmé aussi...

-Tu me parais très affirmé. Depuis Older, tu l'es.

-Tiens, tiens...

-On t'écoute au Danemark...Tu n'étais pas au courant ?

Curieuse écoute et beauté de tous les instants.

-Tu n'es amoureux de personne, vraiment ?

-Non, pas en ce moment.

-Il doit bien y avoir quelqu'un qui cherche à attirer ton attention...

-Oui...

-Et tu ne réponds pas ?

-Je ne sais pas si je répondrai.

-A qui ? Ce n'est pas une femme, n'est-ce pas ?

-Non.

-Moi, je suis très amoureux. C'est un vrai Américain.

-Oui, ça se sent, je veux dire que tu es amoureux.

-Je vais rattraper ce qui doit l'être...Quoi, ça te fait sourire ?

-Non, c'est le mieux que tu puisses faire !

ROUTE CALIFORNIE

Comme tout était simple avec cet Erik ! De manière surprenante, il semblait faire abstraction de la célébrité de George et le traiter comme une personne normale qui se trouvait dans une situation embarrassante et avait besoin de tendresse et de gentillesse. Il était facile de discourir avec lui car il était ouvert d'esprit et intéressé par de multiples sujets . Et puis, tous deux se considéraient comme des touristes en Amérique et pouvaient s'amuser à confronter leurs points de vue sur ce grand pays. Il est jeune, très jeune encore et il me fait du bien. Je n'ai pas de relation amoureuse avec lui, juste une relation tendre mais il est bien moins tourmenté que je l'étais, que nous l'étions...C'est une belle halte qu'il me propose là. Je dors auprès de lui en toute quiétude...Mais il a sa route et j'ai la mienne. Au moment de retourner à Los Angeles et de tenter de rallier son compagnon à sa cause, il salua cet amant blond qui s'était montré si ouvert à son égard. Il eut le sentiment qu'ils étaient amenés à se revoir et que ce n'était pas un adieu. Du reste, l'attitude du jeune homme montrait bien que pour lui, il n'y avait pas de cassure.

-Alors au revoir Garçon au chien !

-Au revoir, chanteur anglais. Træffe de rigtige beslutninger !

-Qu'est-ce que ça veut dire ?

Erik sourit.

-Prends les bonnes décisions...

George ne put qu'apprécier.