FAMILLE MICHAEL

Mélanie, la soeur préférée de George, le renvoie à leur enfance commune...

Le point d'orgue de cette période fut l'offensive que sa sœur Mélanie orienta contre lui. Elle se sentait négligée après avoir été la sœur chérie et puisqu'elle en souffrait en silence sans attirer son attention, elle le fit. Touchée, il la reçut plusieurs jours de suite. Elle s'était mariée jeune, suivant le modèle initiée par sa sœur aînée mais elle s'en mordait les doigts. Son Michael ne s'intégrait pas dans sa famille et ne supportait pas le battage créé autour de son si célèbre frère.Ils avaient eu une petite fille ensemble, June, et tenté de ne pas trop se disputer pour rester ensemble puisqu'elle était là mais c'était peine perdue. Un divorce, donc. A l'époque de Wham et jusqu'à la tournée Faith, elle avait omniprésente, elle avait omniprésente en tant qu'assistante. Elle voulait de nouveau travailler pour son frère. Assise dans le grand salon blanc où elle faisait face à George, acceptant une tasse de thé de Kenny, elle argumentait, le laissant de marbre. Cette nouvelle collaboration, il ne la souhaitait clairement pas, commençant à accepter concrètement la mort de sa mère. Elle finit par le comprendre malgré son insistance et le secours qu'elle escomptait de Kenny. Elle parut stupéfaite.

-Ah mais ça !

Elle avait toujours ses longs cheveux noirs qui tombaient sur ses épaules, son visage rond aux sourcils redessinés et à la bouche très rouge et elle gardait son embonpoint impressionnant mais, ayant quitté la jeunesse, elle était très disgracieuse.

-Dans notre famille, on est soudés, c'est un principe.

De nouveau, elle tentait sa chance. En vain. Elle finit par pleurer.

-Tiens, j'ai des photos.

Elle les tira d'une pochette qu'elle avait apportée avec elle. Sur l'une d'elles, en gros plan, Lesley, leur mère, les cheveux courts et les yeux pétillants de malice, faisait un pied de nez . A l'époque, elle l'avait sans doute adressée à celui qui prenait la photo mais aujourd'hui, de là où elle se trouvait, il semblait bien qu'elle l'adressât à la mort.

LESLEY

-Maman est bien, là...Tu ne trouves pas George ?

-Oui, elle était souvent espiègle. Tu as bien fait de choisir cette photo.

-C'est un tirage exprès pour toi et là, papa...

George avait oublié cette lointaine sortie dans un parc anglais ; Ce devait être il y a longtemps ; Kyriakos, assis de profil, portait un pantalon clair, des mocassins et une chemise blanche à petits manches. Il riait. Devant lui, se trouvait Mélanie, qui devait avoir six ou sept ans. Elle portait une petite robe blanche à minuscules fleurs et des sandalettes et offrait à son père un sourire merveilleux. Au fond, sur la droite, Yioda portait également une robe d'été et souriait. En petit short et polo clair, George, les cheveux en bataille, avait l'air d'un électron libre ; il sautait sur place en souriant. A cette époque là, il devait avoir cinq ans. Mais c'était le père qui était intrigant sur cette photo. Des traits harmonieux, des cheveux noirs, épais et brillants et un charme méditerranéen total... Un dimanche d'été, un parc, un jet d'eau , des enfants rieurs et ce bel homme mince qui riait à la vie. Celui-là même qui dirait plus tard, alors que son fils devenait une star Je ne pouvais pas croire que je regardais mon fils ...Le tout, si beau !

George, touché, remercia mais resta ferme. Voir sa sœur, oui, bien sûr mais pas constamment. Cette nébuleuse familiale...Ce fut Kenny qui la raccompagna. Quand il revint, il lui dit.

-Elle trouve incroyable, ce que nous vivons  ! Tu es fier d'être gay et moi-aussi ! Nous n'avons aucun problème avec ça .Les temps ont changé pour notre communauté.

-Elle a dit ça ?

-Oui.

soeur melanie

Au soir de cette visite, il pensa brièvement à une photo de son amour, prise à Los Angeles. Ils étaient dans un hôtel. Anselmo s'était assis, sur la terrasse, en grand t shirt blanc, short et chaussures de sport. Il offrait un profil rêveur, doux et tendre...Au dos de son t shirt, on lisait en caractères noirs le nom de trois grandes villes américaines. Cet amour perdu il y avait si longtemps...

-A quoi penses-tu ?

-Oh, à rien.

Kenny avait envie de faire l'amour. Il commença par l'embrasser.