CB

En juillet 2002, George Michael sortit une deuxième chanson beaucoup plus politique  Shoot the Dog. Dans ce morceau, il évoquait le malaise de la société occidentale, impuissante face à la politique étrangère de George W. Bush au Moyen-Orient. Cette chanson était surtout une critique du premier ministre britannique  de l'époque,Tony Blair. En effet, George Michael accusait Blair d'être la marionnette  du président américain et de cautionner sa politique étrangère, que le chanteur anglais jugeait mauvaise. Ainsi, il chantait

Tony, Tony, Tony, je sais que tu es en chaleur, mais il y a quelque chose avec ce Bush qui ne tourne pas rond . Le clip de Shoot the Dog, réalisé par des caricaturistes britanniques ridiculisait George W. Bush et Tony Blair, mais aussi tournait aussi en dérision l'image publique de George du chanteur. Lui qui n'avait jamais livré de réflexions publiques sur la politique, composait tout à coup une chanson d'un type nouveau . Était-ce l'impact que le 11 septembre avait eu sur Kenny et les siens ? Était-ce ce sentiment de révolte qui s'était emparé de lui en regardant, horrifié, l'effondrement progressif des tours jumelles ? Les égoïstes en tous genres, les frileux de la charité qui se souciaient fort peu de ceux qui peinaient à s'en sortir, il les avait stigmatisés sans les nommer mais il s'agissait d'une autre sphère. Et voilà qu'il s'en prenait au premier ministre ! Sa chanson suscita de telles réactions, d'autant que le clip en forme de dessins animés avait tout pour surprendre, qu'il fut lui-même surpris par une vague de commentaires contradictoires.