blond

Alors que George Michael est à Munich dans le cadre de sa nouvelle tournée, il se rend compte qu'un jeune danois avec qui il a eu en Amérique une brève liaison, s'y trouve aussi, avec sa compagnie de danse. Il veut le revoir

Se relaxant dans sa suite avant son spectacle, le chanteur feuilletait des revues anglaises, américaines et allemandes. Tiens dans l'américaine, il y avait un article sur la fondation Michael-Goss à Dallas. Kenny devait déjà le savoir et en être ravi...Dans le magazine allemand, il tomba sur un article sur la danse classique. Voilà bien un sujet qui l'intéressait fort peu, mais il y avait des photos et celles-ci l'intriguèrent. A priori,  une troupe danoise était en visite à Munich et un chorégraphe qui répondait à des questions. George qui ne lisait ni ne parlait l'allemand en était réduit à des conjectures mais cet Erik Peterson qui apparaissait sur plusieurs photos l'interpella. Le patronyme ne lui disait rien, non, mais le prénom et le visage...Conscient qu'il se présentait là une énigme qui pouvait être résolue, il convoqua ses souvenirs. Oui, s'il ne se trompait pas, ce jeune homme rayonnant n'était autre que ce garçon au chien qui l'avait tant apaisé en Californie, quand il venait d'être libéré sous caution et attendait son jugement. Oui, c'était lui mais encore fallait-il en savoir plus. Il se rendit donc à la réception où il demanda à en savoir plus sur cet article pour lui incompréhensible. Flatté, le jeune réceptionniste tenta de faire de son mieux mais une employée plus expérimentée et sans nul doute plus diplômée intervint.

-Je peux vous aider monsieur Michael ?

-Oui, je voudrais en savoir plus sur cet Erik Peterson. Il serait ici, à Munich à ce que je comprends.

Déférente, l'employée le conduisit dans son bureau puis parcourut l'article.

-C'est un chorégraphe danois qui présente un spectacle de danse à l'opéra. Ce soir et demain-soir...Vous voudriez assister à une représentation ?

-Oui, ça m'intéresserait mais mon emploi du temps risque fort de ne pas me le permettre. Non, ce que je voudrais, puisqu'il se trouve que j'ai déjà rencontré ce jeune chorégraphe mais l'ai perdu de vue c'est savoir comment le contacter ...

Elle pianota sur son ordinateur puis regarda George.

-Il y a ici le site de sa compagnie à Copenhague mais j'imagine que vous voulez savoir comment le contacter ici, à Munich...

-Oui, c'est exact.

Elle pianota encore.

-A ce que je comprends, il a été convié ici par une association qui promeut les nouveaux espoirs de la danse, danseurs et chorégraphes. Il y a deux soirées spéciales qui leur sont dédiées ici. Et pour ce qui est de le contacter, je ne vois aucun moyen direct de le faire mais il y a une Matilda Ketz qui m'a tout l'air d'être une des organisatrices de ces manifestations et...Ah voilà...En passant par elle, vous devriez vous en tirer !

A peine de retour dans sa suite, George contacta cette dame qui lui répondit immédiatement dans un anglais marqué par un accent allemand mais distingué.

-Erik...Erik Peterson ! Vous le connaissez...oui, oui, bien sûr...je vais vous donner son numéro de portable. Là, pas là, c'est un feu follet et sa compagnie est récente mais il donnera suite...

George l'espérait en laissant un message sur son répondeur et en effet, alors qu'il commençait à se préparer pour le concert qu'il allait donner, il fut appelé.

-George Michael à l'appareil.

-Très drôle.

-Mais si ! Los Angeles, la plage, le garçon au chien...

Il y eut un blanc au téléphone.

-Vraiment ?

-Oui, absolument. Le garçon au chien est chorégraphe désormais et il est à Munich. J'y suis aussi. Peut-il m'expliquer sa mutation ?

-D'accord mais pas aujourd'hui. Il est déjà seize heures.

-Demain ?

-Oui.

Ils se mirent d'accord et George en ressentit un bonheur intense qui l'accompagna pendant le concert qu'il donna. Plus encore qu'à Barcelone, il fit corps avec le public qui réagissait à chacune de ces chansons et l'applaudissait à tout rompre. Tard le soir quand il revint à son hôtel, il lui revint des images de sa rencontre avec ce jeune homme blond qui jouait dans l'océan avec son grand chien, du café partagé dans la petite maison de plage et de leurs étreintes dans une chambre fraîche. Il n'avait jamais oublié ces moments. Le lendemain, quand il l'attendit dans le hall élégant de l'hôtel de luxe qui l'accueillait, il se sentit fébrile. Quand il le vit apparaître, il fut troublé . Erik Peterson avait une silhouette élancée. Très blond, il portait un blouson de cuir noir et un jean. Sa beauté n'avait rien d'agencée mais elle était certaine et plus mature.

 

equation-graded-noaudio-prores-mov-00-56-16-02-still029

-George Michael, vraiment...

-Tu doutais ? Il y a des affiches en ville, non ?

-Oui...

-Cela fait huit ans...Alors,qu'est devenu le garçon au chien ?

-Il a écouté Patience.

George sourit. Cette beauté neuve, cette générosité. .. Il se sentait prêt à séduire.

-Et sinon ?

-Après ces vacances en Californie, vous voulez dire ? Je suis retourné au Danemark mais en fin de compte, je ne suis pas resté avec le Ballet Royal de Copenhague. J'ai réussi à ma faire engager par les ballets de San Francisco et j'ai passé quatre ans aux États-Unis. Contrairement aux idées reçues, on m'en demandait plus en Europe où les contraintes sont très fortes. Mais danser dans ce corps de ballet, j'ai adoré. J'ai réussi à passer danseur soliste et l'expérience a été belle. Vous savez bien, il y a cette énergie, là-bas...

-Oui, je me souviens. Mais pourquoi quatre ans ?

-Parce que j'avais de bonnes raisons d'être là. Pas uniquement professionnelles.

-L'amour ?

-Oui mais ça s'est arrêté. Alors, j'ai hésité à rester. J'avais un contrat de travail, des papiers en règle et un compte en banque américain mais en fin de compte, j'ai démissionné et suis retourné à Copenhague. J'ai monté une compagnie de danse, ce qui m'a pris un peu de temps. Elle a presque trois ans maintenant..

-Et vous faites des tournées ?

-Nous sommes basés à Copenhague mais l'idée est de tenter notre chance dans des festivals pour se faire repérer. C'est parce que nous faisons ainsi que nous sommes à Munich ce soir et à Berlin et Hambourg ensuite. Plus tard, nous devons aller à Stockholm et à Oslo...

-Et cette madame...Ketz...

-C'est une ancienne danseuse. Elle a de l'influence.

Ils s'observèrent un moment puis Erik enleva son blouson. George ne put s'empêcher d'évaluer discrètement son corps, beau et entraîné. On leur servit du café.

-Vous vous êtes lancé dans une grande tournée, George...

-Bien renseigné...

-Oh, ce n'est pas compliqué. Vous êtes une personne publique.

-Quasiment trois ans...C'est un défi que je me lance...Je n'ai plus rien fait de tel depuis 1991. En fait, il s'agit au départ d'une tournée d'à peu près un an. L'idée est que mes fans me plébiscitent et qu'alors, je doive rajouter des dates ailleurs...J'ai la force et la créativité nécessaire et comme toujours le goût du pari, de l'inconnu...

-Dans le cas présent, c'est plus de l'ordre du calcul. J'imagine que pour les mois à venir, vous avez quasiment vendu toutes les places. Il n'y a pas besoin de spéculer beaucoup pour deviner que avez tout bénéfice à poursuivre.

C'était trop formel. Il fallait retrouver l'émotion.

-Tu ne veux pas qu'on se parle de façon plus libre ?

-Plus libre ?

-Disons plus personnelle. On est un peu à l'écart mais c'est tout de même le hall d'un hôtel...

-Oh, vous préférez votre suite. C'est cela ? Il y a, j'imagine, une belle vue sur Munich...

Pas facile à convaincre le beau chorégraphe et mordant...

-Non, je voulais dire...

-Pas d'inquiétude, George Michael.