GM en NOIR ET BLANC

Une nouvelle tournée incluant des concerts aux Etats-Unis doit permettre à george Michael de retrouver un succès qu'il ne connaît plus là-bas. A priori, il s'y prend bien...

Dans la suite de l'article, on pouvait lire :

Fondamentalement, je suis passé d'un succès tout aussi réussi en Amérique que dans le reste du monde à une carrière fantastique en Europe et presque pas de carrière ici. Ce n'est pas parce que les Américains n'aiment pas ma musique. La raison, a-t-il dit au public, était que personne ne vous «jouerait».

Dans le personnage adulte de M. Michael, âgé de 45 ans, la franchise et la vulnérabilité se mêlent aux rythmes de danse et au charme du vieux symbole sexuel. Il est sorti dans les années 90 en tant qu'homme gay, ce qui n'avait guère d'importance au Madison Square Garden pour les milliers de fans féminines qui criaient quand il se promenait sur une passerelle au milieu de l'arène. Les vidéos remplies de mannequins féminins, de showgirls et de prostituées, a-t-il dit, étaient pour les nombreux petits amis qui «ont été traînés ici ce soir».

Mais l'article se concluait de façon mitigée :

À bien des égards, M. Michael était la première version de Justin Timberlake: un chanteur de rythm-and-blues blanc qui a bâti son public parmi les filles et mêlé habilement les rythmes de club de son époque à la pop... Pourtant, alors qu'il renoue avec ses fans américains, l'ambitieuse combinaison de candeur et d'instinct pop de M. Michael pourrait se ressourcer. De toute évidence, il n'a pas l'intention de devenir un ancien.

 Était-ce suffisant pour renouer avec l'Amérique ? Au bout du compte, pas vraiment et il sut alors confusément que Kenny allait rompre. Il retourna néanmoins à Londres puis annonça deux autres concerts, l'un à Copenhague le 30 août 2011 et avant cela des dates en Australie.