AMANTS ABSTRAITS

Pour les sorties, c'était pareil. Je t'emmène, je t'emmène pas. Tu seras raccord ou ce serait délicat. Fadi avait parfois un peu de mal avec le calendrier imposé mais il se pliait aux exigences de George, et ceci pour plusieurs raisons. D'abord, celui-ci avait toujours en tête son Texan à la con et lui, Fadi, avait bien l'intention de devenir important pour George. Ensuite, il y avait l'idée de service. En apportant sa fougue, sa beauté et sa sensualité plus que débridée à George, il lui rendait service en le plongeant dans un tourbillon où il n'y avait de place pour ses obsessions. C'était passager bien sûr car le chanteur retombait vite dans ses idées noires mais attendu que lui, le Libanais solaire avait de la suite dans les idées, il était sûr que c'était la bonne méthode. George avait besoin de quelqu'un comme lui, pas d'un chieur qui aurait fait mine de le consoler ou pire l'aurait culpabilisé. A long terme, ils se lieraient l'un à l'autre. Il y avait peu de chance qu'ils vivent continuellement ensemble mais pour l'avoir sous la main, il le logerait peut-être à Highgate...Ce serait bien là...Et puis c'était sans compter quelques libéralités : beaux voyages, escapades exotiques, beaux vêtements, la marque de montre qu'il aimait. Mais en attendant que tout cela se concrétise, il fallait avoir l’œil. L'Américain contactait toujours George...

-Il me tient au courant de l'évolution de notre fondation. Il m'envoie les comptes.

-Ah ben oui.

-Ne fais pas ton nigaud.

-Tu interromps tes jeux vidéos pour lui répondre. Il doit être content !

-Je te dis qu'il me tient informé. C'est très correct de sa part de faire ça. Il fait son travail de gestionnaire.

-D'accord. N'empêche que les jeux vidéos...tu adores franchement...

-Ce que tu peux être pénible par moments !

De ce côté là, Fadi pouvait peut-être relâcher sa vigilance. L'Amerloque avait quand même l'air d'être bien fâché. Mais il y avait d'autres risques. Une après-midi, il alla retrouver George dans sa chambre après avoir dormi dans une autre. Celui-ci regardait un spectacle de danse, ce qui était surprenant.

-Tu aimes la danse classique, toi ? Je croyais que non.

-Je m’intéresse à cette troupe. Chut.

Le ballet était déjà commencé et oui, ce n'était pas de la danse classique, plutôt un mélange. Un danseur en blanc, un autre en noir et une fille en jeune. Un truc sur l'amour et la mort...à ce qu'il comprenait...Fadi tint vaillamment dix minutes puis bailla.

-C'est un peu répétitif...

-Alors, ne regarde pas...

George avait parlé avec douceur, sans quitter l'écran des yeux. Qu'est-ce qu'il voyait dans ce truc qui le captivait comme ça ? Il avait l'air bouleversé en plus.

-George ?

-Non, écoute, laisse-moi regarder seul...

Toujours cette voix douce mais discrètement autoritaire...Le Libanais céda et s'éclipsa. Quand George réapparut, il paraissait pensif.

-Tu avais l'air de sacrément aimer ce ballet...

-Je ne pensais pas qu'il évoluerait ainsi.

-Qui ça « il »?

-Erik Peterson , le chorégraphe. Il dansait aussi. Celui qui était blond. Un ballet sur l'illusion, le passage de la vie et la confrontation avec la mort.

Fadi ouvrait de grands yeux. Qu'est-ce qui avait attrapé George dans cette chorégraphie ?

-Ils sont anglais ?

-Non, danois. J'ai rencontré le chorégraphe il y a quelques temps. Je l'ai vu plusieurs fois en fait.

-Quant tu dis que l'as vu, c'est...ça veut dire de très près...

-Oui. Il est magnifique.

-Alors, c'est pour cette raison que tu étais hypnotisé !

aMANTS ABSTRAITS 2

Fadi riait mais George l'arrêta. C'était le talent de ce Peterson qui l'interpellait...Le talent ? Mes fesses, oui ! Je sais comment tu es, toi, quand quelqu'un t'intéresse. Tu fais ton lyrique mais au final...Charnel comme tu es...Je n'aime pas ça. Mais George haussa les épaules Laisse-moi tranquille, tu veux...Et du reste, le soir même, il fit des recherches sur internet. Bevaegelse , le Mouvement, le nom de sa nouvelle troupe. Elle comportait une trentaine de membres. Des critiques plutôt bonnes, très bonnes mêmes et des photos...Il avait encore changé, paraissant plus profond et plus inspiré...Des Articles annexes...Sa femme Mathilde et leur fille Asta. Quelle était jolie ! Et un nouveau venu, un petit garçon, Viktor...Son dernier opus s'appelait Passages. Belle œuvre. Il devait y avoir un DVD. Et son numéro de téléphone n'avait peut-être pas changé...

-C'est quelqu'un que tu recontacterais ?

-Fausse question.

-Réponds quand même.

-Oui. Je ne m'attendais pas à ce qu'il créé un ballet aussi profond...

En Fadi, se réveillait la jalousie de l'amant oriental qui a su capter l'attention du Grec Chantant...Il fit lui aussi quelques recherches sur internet

Une pédale danoise qui s'est mariée...c'est quelqu'un qui lui plaît...D'où il sort celui-là ? George est un véritable spécialiste de la nostalgie ; si elle pouvait se matérialiser celle-là, il vendrait en ligne en plus de ses boutiques ! Il ne doit pas le connaître aussi bien que ce chieur d'Américain, c'est pour ça qu'il fantasme. Comme pour Anselmo, quand il commence à délirer sur lui, difficile de faire des pronostics. Qui sait quand ça s'arrêtera ?