Compagnie de danse

Toujours nostalgique, George Michael, que guette la solitude, reste attaché à un danseur et chorégraphe danois qui a marqué sa vie. Mais à Londres, il y a Fadi, l'étincelant amant oriental...

Enfin, il reçut dans une enveloppe un billet pour un spectacle de danse qui se déroulerait à Copenhague le 31 août 2011. La compagnie de danse d'Erik Peterson. L'enveloppe avait été postée en Angleterre mais le message qui accompagnait le billet était en danois. Bizarre... la billetterie pour ce spectacle n'était pas ouverte. C'était bien trop tôt...Outre le fait que l'équation était simple : oui-non-oui, il restait cette intrusion du surnaturel dans sa vie. Cela ne s'était pas produit depuis bien longtemps, depuis le Brésil et son premier grand amour en fait. A cause de son chagrin puis du passage du temps il s'était fermé à cette dimension mais le fait est qu'elle était de nouveau présente. Il laissa Fadi refaire un tirage papier de ses photos en bougonnant, admit qu'il existait entre Kenny et lui un lien réel qui n'était plus amoureux et sexuel et tata le terrain pour le Danemark où il envoya un bref message au siège de la compagnie de danse. La réponse lui parvint rapidement :

Oui, il y aura bien un spectacle le 31 août 2011 car ma compagnie aura six ans. Ce sera une sorte de rétrospective la forme et le contenu sont encore à définir. Je n'ai pas envoyé de billet et je ne comprends pas trop cette histoire mais puisque tu seras à Copenhague, je t'enverrai une invitation. Ah hvad en overraskelse ! Ah quelle surprise. Tu as aimé Passages ? J'en suis heureux. Je crois que j'ai fait ça pour Dan et pour une soeur que j'ai eue et qui est morte très jeune. Et pour toi aussi. Tage sig af dig ! Fais attention à toi.

Ce message ravit George qui comprit par là que la relation qu'il avait avec le danseur, même si elle était en suspens, ne s'était pas interrompue. Restait le facétieux Fadi qui aimait faire la fête, admirer, être admiré, danser, rouler vite, faire du bruit et pouvait quand il voulait bien s'en donner la peine, être très bon dans son domaine, la coiffure. Il avait passé pas mal d'années en Australie où il travaillait déjà avec les Mikhaël et là-bas, il s'était taillé une bonne réputation. George avait beau se dire que cette nouvelle liaison pouvait être problématique, il ne résistait pas au charme de ce garçon solide.