Au début de l'année 2016, George Michael pense à la mort. Il est vrai que David Bowie vient de disparaître et que la santé du chanteur est chancelante...

Mais George pensait à la mort. Comme il l'avait dit à plusieurs reprises, avait été interpellé par celle de David Bowie. Quel génie il avait été ! Né en 1947, à Londres, il avait fait des débuts situés entre folk et variété dans la seconde moitié des années 1960 et un détour par le mime. En 1969, il s'était fait connaître du public avec la chanson Space Oddity avant d'accèder à la notoriété en incarnant le personnage flamboyant de Ziggy Stardust. Impossible, en 1972, d'échapper l'album  à The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars  et de pas voir dans cet extraordinaire interprète l'une des figures de proue du courant glam rock. A partir de là, son ascension avait été irrésistible et on l'avait écouté partout. Il avait eu sa période américaine, s'était installé un temps à Berlin et n'avait jamais cessé de composer, s'intéressant à de nombreux genres musicaux. Durant plus de cinq décennies d'une carrière marquée par des changements fréquents de style, une réinvention permanente de son personnage et de ses approches musicales, il s'était imposé comme un des artistes musicaux les plus originaux, les plus importants et novateurs de la musique pop et rock. Il avait vendu plus de 140 millions d'albums dans le monde et influencé de très nombreux artistes. De plus, ses apparitions au cinéma avaient été saluées. Il y avait une vraie présence et on avait pu lui attribuer de très beaux rôles...George et lui s'étaient vus plusieurs fois, avaient parlé. Rien d'intime. Musique et interprétation. Bowie était un interlocuteur attentif et vif d'esprit. Rien ne lui échappait. Bien sûr, il y avait la sphère privée mais là, George avait du faire comme tout le monde : il avait lu les propos de la star. Le flamboyant chanteur avait déclaré bien avant que George ne se pose la question de sa véritable orientation.

-C'est vrai — je suis bisexuel. Mais je ne peux pas nier que j'ai très bien utilisé ce fait. Je suppose que c'est la meilleure chose qui me soit arrivée.  Mais plus tard, il avait été nettement plus nuancé...En réalité, proclamer que j'étais bisexuel a été la plus grosse erreur que j'ai jamais faite. Je ne pense pas que c'était une erreur pour l'Europe, mais c'était bien plus problématique en Amérique. Je n'ai eu aucun problème concernant le fait que les gens sachent que j'étais bisexuel. Mais je n'avais aucune envie de tenir un drapeau ou d'être le représentant d'un quelconque groupe de personnes. Je savais ce que je voulais être, à savoir un auteur-compositeur et un interprète, et je sentais que l'on me résumait désormais à cette bisexualité et pour très longtemps. L'Amérique est très puritaine et je pense que ça m'a empêché de faire beaucoup de choses...

Hum ! George, lui, avait commencé par être évasif. Puis, il avait choisi de camp, pensant que tout serait plus clair. Mais il avait été stigmatisé, bien plus selon lui, que Bowie qui avait mis en avant ses mariages, le second mariage paraissant très réussi...

Et puis, il y avait sa mort ! Le médecin qui l'avait assisté durant les dernières semaines de sa vie avait fait paraître avec l'aval du fils aîné du chanteur, un témoignage très important sur l'attitude de celui-ci. En clair, le docteur Mark Taubert, spécialisé dans les soins palliatifs, avait beaucoup à dire...