13 octobre 2020

Catherine, Marianne, Dora. Marianne et Bruno. Amour et jeunesse.

Elle voulait aller en faculté de lettres. Il était à l’école vétérinaire. Pour lui, c’était naturel puisque son père exerçait cette profession. Il avait de la chance puisqu’il vivait dans une ville où une école de ce type était implantée. Pour elle, ce serait différent car elle devrait aller à Paris et donc faire des allers et retours, ce qui, dans la région parisienne est très envisageable mais souvent pesant. Elle ne craignait pas l’agression verbale ou physique car elle vivait dans les beaux quartiers mais le temps perdu et la... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 14:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 octobre 2020

Catherine, Marianne, Dora. Bruno et Marianne. Echanges.

Elle voulait aller en faculté de lettres. Il était à l’école vétérinaire. Pour lui, c’était naturel puisque son père exerçait cette profession. Il avait de la chance puisqu’il vivait dans une ville où une école de ce type était implantée. Pour elle, ce serait différent car elle devrait aller à Paris et donc faire des allers et retours, ce qui, dans la région parisienne est très envisageable mais souvent pesant. Elle ne craignait pas l’agression verbale ou physique car elle vivait dans les beaux quartiers mais le temps perdu et la... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 14:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 octobre 2020

Catherine, Marianne, Dora. Marianne se marie.

Bientôt, ils s’apprivoisent, les inhibitions tombant, bientôt, ils ont hâte de se rejoindre. IIs couchent longtemps et beaucoup. Elle étudie à Paris où elle réussit bien sans grande motivation tandis qu’il poursuit dans son école vétérinaire, son cycle d’études. Elle a dix-huit-ans, lui vingt. Elle est très confiante car il l’aime et ne sait mentir. Il dispose d’une famille puritaine qui se porte dans ces temps-là au secours d’un parent vieillissant, très atteint par une maladie orpheline. Les samedis, on disparaît pour revenir le... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 14:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 octobre 2020

Catherine, Marianne, Dora. Une épouse heureuse.

  La nuit, il la possède après les danses, les envois, les souhaits de bonheur et les discussions avec des membres de sa famille à lui qu’elle n’a jamais vus et ne reverra pas. Elle gémit et après un bref sommeil, lui revient. Sans cesse, ils se prennent et se déprennent. Au matin, ils se sentent mariés et sont heureux. La famille de Bruno met à la disposition du couple un deux pièces dont elle n’a pas pour le moment utilité ; il a l’avantage d’être situé près de l’école vétérinaire. Le loyer et les charges sont réglés... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 14:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 octobre 2020

Dora. Les mystères de l'obéissance.

DORA Préambule. Laure, jeune fille de notre époque, vit en famille en Sologne jusqu'à la séparation de ses parents. Devenue fleuriste, elle rêve beaucoup et, peu bavarde, aime que les fleurs parlent pour elle. Amoureuse du mondain Hubert Valentin, qui n'est ni du même milieu qu'elle ni du même tempérament, Laure, par goût ou par faiblesse, entre avec lui dans des jeux libertins qui risquent de la blesser comme peuvent le faire les épines de certaines fleurs. A moins qu'elle ne s'épanouisse dans un emploi dont elle n'avait pas... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 19:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 octobre 2020

Dora. Doucereuse province.

DORA      Elle a vingt cinq ans et aime les objets anciens. C’est une passion pour elle. Elle aurait aimé des parents antiquaires qui lui donnent le goût des belles choses mais l’un et l’autre travaillent sur des marchés où ce qu’ils vendent est  sans rapport avec ses goûts. Elle ne leur en veut pas car ils se donnent du mal pour vendre de la bonne charcuterie et des plats préparés et leur clientèle s’agrandit. Il  y a une déférence certaine à avoir à l’égard de gens qui se donnent tant de mal, cela,... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 19:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 octobre 2020

Dora. Devenir fleuriste.

  Laure est contente que sa mère ait trouvé en Christian, un homme solide et volontaire ; certes, il ne pense qu’à son travail mais il est d’une honnêteté scrupuleuse. Les comptes sont les comptes et si Marie, la mère de Mathilde, est son employée –ce qui est le cas- il la paie avec justesse. C’est bien, c’est équitable. Et puis, on est content maintenant à la maison. Plus de cris ni de provocations. Sur la table du diner, de l’eau et le samedi, du vin et de la bière mais bu modérément. C’est comme ça. Aucun écart. Dans... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 19:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 octobre 2020

Dora. Vingt ans.

  Laure, jeune fille immature, décide de combler son retard en ayant des amants... Le premier amant vient sans qu’elle le trouve dangereux et c’est bien car la violence de son père et ses frasques amoureuses l’ont bien plus marquée qu’elle ne l’a avoué. Commence une brève liaison où Il s’avère que le plaisir sexuel est pour elle difficile. Elle, ce qu’elle veut, c’est câliner, entourer, écouter. Les caresses sur les seins, les baisers, la pénétration, elle les sait nécessaire mais pour elle, ce sont des actes pesants. Le... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 19:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 octobre 2020

Dora. En attente...

    A Romorantin, Laure est fleuriste. La vie est monotone mais la jeune fille rêe beaucoup et attend un homme étrange... Quelques jours plus tard, Laure dit à ses amies proches qu’elle a fait un rêve très intrigant : elle était sur une terre rouge et friable qui se séparait en deux. Elle était sur une ligne de fracture et ne savait vers quel côté verser. A droite, le sol semblait solide tandis qu’à gauche, il était meuble. Au moment de se porter à droite, elle a senti que le sol tremblait et elle a été déportée... [Lire la suite]
11 octobre 2020

Dora. Les fleurs parlent.

  Dora aime et désire l'étrange Hubert Valentin. Ne sachant  comment le lui dire, elle choisit le langage qu'elle connaît : celui des fleurs... Il lui adresse un sourire incompréhensible avant de partir. De lui, elle garde l’image d’un homme qui sort de la jolie boutique pleine d’anthurium et de roses, rencontre le mauvais temps et serre contre lui le grand bouquet qu’elle vient de créer. Trente minutes plus tard, elle est chez elle et se déshabille. Sous la douche, ses seins qu’elle trouve trop volumineux deviennent... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 19:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]