ETRANGE

Comme arrivait le dernier jour de mon séjour, Hammer arriva à l'improviste. Il portait un costume sombre et une chemise rouge sans cravate sur un élégant manteau. La conversation fut brève. Comme je me levai pour aller chercher du café, puisqu'il voulait en boire, il me suivit et me prenant par le bras, il me poussa contre un mur.

-Ne te débats pas. Ne te retourne pas.

Il remonta rapidement sur mes hanches ma robe en laine et baissa mes collants d'un geste sec. Je l'entendis ouvrir ses vêtements puis le laissai se coller à moi. Il tenait dans sa main un membre épais et il le guida jusqu'à la pénétration. Je suffoquai quand elle eut lieu et fut surprise qu'il ne se hâte pas. Il ne me faisait pas mal, bien au contraire, me dispensant un plaisir âcre et dense qui devenait plus fort à chaque mouvement de rein qu'il faisait. Je me sentais très femme malgré le caractère sordide de cette prise silencieuse et quand je lui demandai de me prendre les seins, il le fit. Je lui demandai aussi de ne pas se retirer trop vite et après avoir joui sommairement, il resta un peu en moi.

Il se retira ensuite et se rajusta. Nous n'échangeâmes pas une parole et il partit rapidement. Je terminai le séjour seule et dans l'avion, je pleurai.