3355-pioneer-works_5448237

4. Un vernissage et une vraie rencontre.
 
Début janvier, il a téléphoné. Les fêtes étaient passées. Pour Noël, on avait vu un spectacle de chansons traditionnelles, un truc dans notre quartier. C’était plutôt amusant mais loin des splendeurs du New York City ballet. J’avais lu discrètement ce qui avait été écrit sur le spectacle. La critique ne l’avait pas beaucoup aimé mais lui, par contre, recueillait tous les suffrages. J’ai pensé à lui, j’ai revu son beau visage…Comme ça déclenchait en moi une violente tension intérieure, j’ai préféré recommencer à m’interroger sur la ou le psy de Barney. Un coup la vieille arrêtait de parler éthéré parce ce que ce beau mâle qui n’aimait que les hommes jeunes lui faisait sacrément de l’effet et il la plantait là, outré. Un autre, le jeune et beau psy finissait par rougir quand Barney lui racontait en détails sa trépidante vie sexuelle. Il n’allait pas tarder à faire son coming out et Barney, nonobstant l’avocate qui était l’épouse du beau psy et leurs deux enfants, saurait quoi faire…C’était quoi le plus probable ? Malheureusement, j’ai dû abandonner mes divagations. Julian B. a accéléré les choses en m’appelant de façon complétement impromptue. C’était un matin et j’étais à mon bureau. J’ai dû faire sortir un collègue avec qui je blaguais pour être tranquille.

-Bonjour, Erik se rend samedi matin au vernissage d’une exposition à Brooklyn. Vous avez de quoi noter ?
-Oui.
Il m’a indiqué l’adresse d’une galerie et a ajouté celle d’un restaurant très simple.
-Il sera seul. C’est ce qu’il aime : voir seul des expositions. Je pense qu’arrivant en fin de matinée, il ira d’abord déjeuner. Soyez vigilant. Ce sont des sculptures. Arno Guthrie.
-Je n’y manquerai pas. Au fait, qui est?
-Un sculpteur qui n’arrive pas à percer.
-Erik l’apprécie ?
-Peut-être. Il y va sans doute par curiosité. Ah, autre chose !
-Je vous écoute.
-Portez des vêtements simples : jeans, t- shirt à capuche, anorak.
-Je mettrai aussi un bonnet si vous voulez : ne paniquez pas…
En réalité, c’est moi qui paniquais...