jeremie-baldocchi-feniantise

Ah Thor, c'est la maladie et elle veut étouffer Lucas qui est encore un effet. Mais celui-ci, mû par d'étranges forces intérieures, lutte encore et encore...Et de toute façon, Lucky, le chien magique, est de son côté !

La ronde des maladies se déclencha peu après et les rendez-vous médicaux commenèrent. Les hommes et les femmes ne comprenaient à son état mais cherchaient un diagnostic. Ils ne le trouveraient pas. Personne n'accepterait de Lucas qu'il héberge un intrus en lui-même. C'était pourtant le cas. Bizarrement, les animaux percevaient ce que l'humain ne voyait pas. Chats, chiens, poules, tous autour de sa maison, observaient Lucas avec sollicitude. Maboule, Malika et Roast-beef comprenaient sa souffrance. Elle devait avoir quelque chose d'animal. Il leur était cependant impossible d'aller avec eux au-delà de la sollicitude. La solution était ailleurs.

Les années passants, l'enfant chercha. Il était à l'âge des contes. Peut-être l'un d'entre eux parlerait-il d'un monstre nommé Ha Thor ? Il en lut donc beaucoup. Des hommes pouvaient être avalés par un loup, un tigre ou une baleine et en sortir vivants ! Un enfant pouvait ingurgiter un fruit ou une boisson magique et changer d'apparence ou de forme ! Qu'à cela ne tienne, Lucas utilisait tout. Il lut en secret d'étranges histoires pour que la créature monstrueuse qui se tapissait en lui sortit par la force. Ce fut en vain. Il inventa des histoires mais si elles plurent à son maléfique locataire, elles ne l'expulsèrent pas de lui.

Il lut des grimoires, fabriqua des sirops, mélangea des médicaments. Quand ils étaient efficaces, la fièvre s'en allait mais elle revenait ensuite.

Des talismans peut-être ? Il s'en procura et les cacha. Rien à faire. Ses parents les trouvaient mais n'en décryptaient pas le sens. Isolé, fragile, Lucas avait droit à un monde intérieur où vivaient des guerriers sauvages. Cordelettes, plantes séchées, dents d'animaux, canif tranchant, tout cela pouvait former des amulettes...Ils n'y voyaient rien de mal.

 

boud

Le chien Lucky, celui à qui pour la première fois il avait parlé de Ah Thor, avait compris quel mal le rongeait. Lucas était certain que s'il était resté un peu plus chez lui, il aurait trouvé le moyen de l'aider mais on lui avait fait quitter sa famille très vite et des milliers de kilomètres le séparaient désormais du golden retriever. Souvent seul, souvent en silence, Lucas avait du temps pour lui. Il avait de longs conciliabules avec ce chien. Dans les livres qu'ils lisaient, trappeurs et ours communiquaient entre eux, chasseurs et cerfs aussi. Les loups avaient entre eux un langage secret, les lions aussi. Il s'agissait de simples messages ou de prémisses d'affrontement. Dans son cas, c'était différent. Le chien avait le moyen de l'aider, à condition qu'il trouve la bonne méthode. Pour l'instant, l'instinctif animal tâtonnait.

Cette libération du mal, Lucas la savait pourtant possible. C'est pourquoi il ne pouvait accepter que Nicolas et les autres fussent prêts à mourir. Les médecins les conditionnaient à le faire car leurs pratiques étaient inopérantes mais, Lucas, savait qu'on pouvait survivre à tout cela. Ah Thor l'avait maintes fois acculé mais jusqu'à maintenant, il résistait.