VESUVE

6. Suite du voyage et entrée des Enfers.

Il n'avait vu de volcan autrement qu'en photo où à la télévision et la réalité abrupte du Vésuve le saisit. En fond de décor, dans la baie de Naples, il en allait tout autrement de lui. Il semblait faire partie d'un album de vacances qui aurait paru incomplet si on ne l'avait pas photographié. Sa dernière éruption remontait à 1944 de sorte qu'on le disait presque endormi. Toujours accompagné de ses deux acolytes italiens, Lucas en gravit les pentes avec panache et ne fut pas totalement convaincu. Un volcan qui avait pu commettre de tels méfaits, détruisant et des constructions humaines et des êtres qui s'accrochaient à la vie, ne pouvait s'être définitivement calmé. En bon élève, avant de venir, il avait lu ce qu'il pouvait.

Peut-être parce qu'ils étaient adultes, ses deux accompagnateurs n'étaient nullement impressionnés. Cette sortie était une fête et, à sa grande surprise, Lucas dut poser pour être pris en photo. Du temps de Nicholas, aucune demande de ce type ne lui aurait été faite. Il en fut surpris mais au retour de l'excursion, quand il se regarda dans un miroir, dans la salle de bain du domicile de Caterina,il comprit pourquoi l'interdiction était levée. Il n'était pourtant pas parti depuis longtemps mais il était différent physiquement. Ses cheveux n'étaient plus teints et il respirait la santé. Il portait bien sûr des vêtements bleu foncé comme il l'avait souvent fait du temps où il vivait avec sa famille. Malgré cela, en rapprochant deux photos, l'une prise à l'hôpital et l'autre sur les pentes du volcan, on aurait eu peine à prouver qu'il s'agissait de la même personne.

Comme toujours l'évidence était là mais les explications se dérobaient...Signorella, en bonne praticienne, lui faisait prendre un traitement au contenu secret. L'idée était qu'il soit physiquement et psychologiquement au meilleur de sa forme. A l'évidence, à la façon dont il s'était comporté durant cette excursion, il n'avait pas d'inquiétude à avoir.