Entrée en matière.

  Il y avait ces échanges sur internet, cette prise de contact sur un site spécialisé et ensuite, quelques conversations téléphoniques. Nulle rencontre, nul jeu, nul collier mais l’émulation d’une voix qui portait un récit et d’une ouverture sur le possible de l’écriture…

et soudain ces êtres qui se mettaient à vivre, l’un repérant l’autre et la dressant ; l’autre hésitant entre la victime et l’odalisque. Les rencontres allaient bon train. Il y avait la souffrance, le plaisir, l’attachement, l’amour peut être. Jamais d’indifférence.

Il y avait la vie réelle où France, jamais, ne rencontre

Sévère et la vie rêvée où Anna rencontre celui qu’elle

cherche.

 

France. Juillet 2012