OMBRE

 

Elle aurait vingt ans dans un mois...

Elle a bu son thé et a demandé l'addition. C'était un prix extravagant pour une simple boisson chaude mais pour elle qui était excédée, ce n'était pas assez cher.

Elle a donc demandé une coupe de champagne car c'était sur la carte une boisson vraiment chère, cette fois.

Quand le serveur a posé devant elle la coupe accompagnée de biscuits apéritifs, elle s'est efforcée de lui sourire. Naturellement, le serveur lui a répondu mais c'était là un sourire de commande. Par contre derrière lui mais toujours au bar, l'homme élégant lui a lancé un regard prenant et a hoché la tête en souriant. L'instant d'après, il s'était approché et posait sur la table un petit bristol : sa carte, en somme.

Elle ne sait pas ce qu'il y a eu en elle.

Rien ne l'a révolté.

L'homme et elle n'ont échangé que des banalités ce jour-là.

Elle l'a rappelé trois semaines après.

Il l'a rencontrée une première fois dans un hôtel élégant situé à une vingtaine de kilomètres d'Aix en Provence.

La chambre était très jolie, un peu vieille France, très propre et dotée d'une immense salle de bain.

Il a couché avec elle sans l'avoir beaucoup interrogée. La question du préservatif ne s'est pas posée puisque c'est un homme expérimenté et « respectueux ».

Il n'a pas demandé de rapport anal.

Il l'a prise deux fois, chaque fois de façon brève et si elle n'a pas éprouvé beaucoup de déplaisir, elle n'a éprouvé aucun déplaisir. Il lui arrivait cela. Elle ne pouvait dire si c'était bien mais elle avait l'intuition qu'elle n'aurait pas d'ennui.

Il a crié dans le plaisir, les deux fois.

Il avait une silhouette lourde et massive mais un corps tout de même entretenu par de la gymnastique et sans doute, des soins esthétiques ; ses cheveux étaient d'un bel argenté.

Elle s'est demandée s'il avait ou non atteint la soixantaine. Il ne devait en tout cas pas en être loin. Elle n'arrivait pas être choquée de la situation.

Quand il s'est habillé après lui avoir demandé de rester nue, il lui a dit qu'il pourrait la voir assez régulièrement dans des hôtels variés et qu'elle aurait, bien évidemment, une rétribution. Il savait estimer le prix des choses mais elle pouvait le contester...

Il l'a payée une première fois.

En liquide.

La somme l'a effarée. Elle est restée sans parler, regardant les billets.

Après un temps de silence, il lui a caressé la joue et lui a dit que puisqu'elle était d'accord, deux ou trois choses devaient être dites. Tout d'abord, il lui suggérait de changer de nom, ensuite de changer d'allure. Il y avait des points à revoir : la coiffure, la lingerie, le choix de certains vêtements.

Elle n'a fait aucune remarque. Rêveuse un temps, comme si elle méditait tout cela, elle a dit qu'elle s'appellerait Patrizia quand elle aurait rendez-vous avec lui.

Il a hoché la tête et souri.

Elle a demandé si une coupe au carré lui irait bien et il a approuvé son choix.

Pour la lingerie et les vêtements, elle a dit qu'elle chercherait...

Il a répondu qu'il lui montrerait comment faire et qu'il était sûr qu'elle apprendrait vite.

Ce qu'elle a fait.