images

2. Postures, exercices et promesses.

Les jeux avec Anna furent brûlants trois mois durant. Elle semblait très désireuse d’apprendre et je n’eus pas grandes difficultés avec elle, tant pour les lectures que je lui imposais que les exercices qu’elle devait faire chez elle et dont elle devait me rendre compte.

Je ne suis pas partisan de donner à une femme qui se soumet de « grands beaux livres » à lire : qu’en ferait-elle sinon des fiches de lecture ? Là, je plaisante …Mes choix en la matière porte sur des textes courts, très orientés et plus ou moins bien écrits. Il m’importe qu’une soumise connaisse ses devoirs, les châtiments qu’elle encourt si elle désobéit et les gratifications qu’elle recevra…Il importe qu’elle soit légèrement humiliée par ce qu’elle lit car il faudra bien qu’elle passe à l’acte. Par exemple, la liste des postures de soumission est à travailler soigneusement avec l’aide des photos qui les accompagnent ; il est évident qu’à un moment ou à un autre, il lui faudra se présenter nue à son Dominant, tenant ses seins dans ses mains en guise d’offrande ou encore se présenter à lui à quatre pattes et de dos, les jambes écartées, le dos bien cambré. Concernant Anna, j’insistai sur les postures où elle devrait écarter ses fesses avec ses mains pour me faciliter l’entrée de son anus ou encore celle ou debout, jambes écartées, elle avait les mains sur les épaules…

Elle s’entraîna beaucoup, je le sais.

Elle apprit une liste comportements des règles de vie physique et morale, règles sans lesquelles sa soumission n’était rien. Elle devait toujours me vouvoyer, baisser les yeux quand elle me parlait, être docile, tenir propres et prêts ses trois orifices, s’habiller comme je voulais et s’abstenir de porter une culotte.

Je lui fis réciter les différents articles du code que j’avais rédigé pour elle, dans l’ordre et dans le désordre. Je ne pense qu’elle y trouvât plaisir car elle se rendait bien compte que je jouais sur des stéréotypes. Si j’avais de telles facilités à mettre en place un tel contrat, c’est que j’étais rôdé à le faire…Je ne la détrompais pas. Je voulais qu’elle sentît qu’elle n’était pas unique et qu’au contraire, elle s’inscrivait dans une suite. Je le voulais car il était important qu’elle reste à sa place, c'est-à-dire bien dans l’obéissance et dans l’idée qu’elle devait se surpasser puisqu’elle n’était pas irremplaçable. Comprenez-moi : elle avait des qualités indéniables et aucune expérience antérieure…

Quand j’estimai qu’elle en savait assez, je systématisai l’ensemble des articles qu’elle avait mémorisés en un contrat que je lui présentai à signature. Je ne résiste pas au plaisir de vous citer quelques extraits de celui-ci :

Règles de conduite en public:

La soumise se conduira toujours de façon à ne pas attirer l'attention envers son Dominant.

La soumise s'adressera à celui-ci par son nom, seulement si l'utilisation d’autres termes est jugé inapproprié. Dans le cas présent, elle dira « Monsieur » dans l’intimité et à l’extérieur, utilisera le prénom de son Dominant.

La soumise s'en remettra à celui-ci en public.

La soumise pourra s'habiller elle-même, mais devra obtenir l'assentiment de tout vêtement devant être porté en public.

En guise de reconnaissance d'être ainsi maintenue en état de Soumission, la soumise signifiera chaque jour à son Dominant la matérialisation de cette possession. Cela peut se traduire soit par un baiser apposé sur la main de celui qu’elle vénère, soit par une constante attention à ce qu’il soit toujours bien servi ou par tout autre rituel convenu à l'avance.

Lors des relations sexuelles dans la chambre à coucher, des Punitions ou en dehors de la chambre à coucher et de la résidence et ou selon un rituel convenu à l'avance.

La soumise s'efforcera de ne jamais regarder dans les yeux son Maître.

Les exceptions autorisées par son Dominant devront être perçues par la soumise comme une récompense. La soumise s'imposera donc dans ces circonstances de conserver les yeux baissés sitôt celui-ci en sa présence.

Dans ces situations, cette disposition aura pour effet de lui rappeler, son statut de soumise pour sa vie et de sa volonté d'obéissance totale à son Dominant.

Je la vis acquiescer à la lecture d’articles tels que :

Toutes tes tenues vestimentaires imposées à la soumise, la soumise les porteras avec grâce et avec fierté. La soumise vivra sa Soumission à chaque instant. Elle portera sur elle et en elle, les marques de son appartenance et de sa condition. Le collier autour du cou en cuir muni d'un anneau pour accrocher une laisse ainsi que les bijoux intimes et les objets introduits dans ces orifices seront les plus indiqués.

Ou encore :

Le Maître peut se servir de sa soumise sexuellement à sa guise, quand il le désire. Elle sera de temps à autre attachée dans une position pas trop confortable mais laissant ses différents orifices à portée de son Guide.

L'introduction de divers objets en elle ou le port de bijoux intime, peut être envisagée pour le plaisir du Dominant qui se montrera heureux de savoir sa soumise ainsi possédée et parée en permanence, le jour comme la nuit et à tout moment.

Par contre, il est expressément accepté par la soumise qu'aucun plaisir sexuel, même la masturbation, n'est acceptable sans le consentement et même plus, sans qu'il ne soit de l'initiative de celui-ci.

Le plaisir sexuel de la soumise est strictement contrôlé par le Dominant. Tout orgasme de la soumise non autorisé ou constaté verra la mise en place se punitions sévères.

Tout manquement à cette règle sera sévèrement puni.

Pourtant, je la déconcertai. Je le vis quand elle lut les lignes suivantes :

Les jours des menstruations de la soumise, celle-ci en informera son Dominant et maintiendra son orifice anal lubrifié par un produit adéquat, de façon à ce que celui-ci soit pénétrable à chaque instant sans effort pour celui-ci. Il pourra ainsi disposer indifféremment de la bouche ou de l'anus de sa soumise tant que celle-ci sera indisponible sur le plan vaginal; bien sûr, si le Dominant prend plaisir à posséder sa soumise durant cette période, il pourra en disposer à sa guise et cela, même si la soumise goûte peu les pratiques sexuelles pendant la période de ses menstruations. 

De la même façon, elle fut très troublée par la découverte de l’article suivant :

Après les relations Sexuelles, lorsque que la soumise aura satisfait son Guide, la liqueur séminale de celui-ci  devra être considérée comme une offrande suprême. A cette fin la soumise évitera toute perte du sperme. 

L’orgasme, le plaisir sexuel de la soumise ne seront permis par le Dominant que sous son strict consentement. Lors de la venue de l'orgasme, il sera capital que la soumise prévienne qu’elle se contrôle difficilement afin d’éviter une jouissance spontanée qui entraînerait une punition immédiate. Elle devra donc demander l’autorisation de jouir en employant une phrase type, d’une extrême politesse.

Suivaient des articles sur la masturbation contrôlée, le port d'une ceinture de chasteté et les punitions encourues en cas de non respect des règles édictées. ll y en avait une vingtaine environ et chacun d’eux était assez long. Je mentirais en disant que je n’avais aucune distance vis-à-vis de ce type d'écrit qui m'avait d'abord exalté avant de me laisser plus circonspect mais l’ensemble avait une cohérence qui me plaisait. Il impressionnait Anna et, en ce sens, mon but était atteint.

La voyant à la fois fascinée et perplexe, je lui posai quelques questions : avait-elle des réticences ou tombait-elle d’accord sur tout ? Elle fut franche en me disant que son visage, à la lecture de quelques articles, avait bien montré son incrédulité face à certaines pratiques. Elle prit les menstruations pour exemple et je tombai avec elle. Pour le reste, elle s’avoua déconcertée parfois mais souvent ravie.

Dans le jour descendant, elle signa. Elle m’avait au préalable demandé si elle devrait mémoriser tout cela. Je lui signifiai qu’elle devait pour l’instant s’en tenir au texte que je lui avais d’abord fourni.  Elle ne parut pas désireuse de me poser d’autres questions.

Je pris le contrat et à mon tour, le signai.

Il ne restait qu’à mettre le tout en application…