27 août 2017

George D. Celui qui meurt...En Provence.

        Valeria  La Côte d’Azur en décembre, c’est étrange. On approchait des fêtes et c’est moi qui avais trouvé la maison. Moi, Valeria, l’Italo-américaine qui aimait autant la Riviera que les abords de Roquebrune. J’allais souvent en Italie voir les frères de ma mère et pour ce qui est de la Côte, j’aimais y revenir. J’y avais gardé un amour d’été devenu depuis marié et père de famille. Curieusement, après cette amourette, nous étions devenus très amis et c’est lui, qui étant dans l’immobilier, me... [Lire la suite]

25 août 2017

George D. La musique, dès le départ...

  La musique dès l'origine : George D. George: La musique, dès le départ. Rien d’autre. Je n’avais, à sept ou huit ans, aucune idée de la forme que cela prendrait mais un désir tenace m’animait et m’enfiévrait. Dans ma famille, on ne jouait d’aucun instrument. J’étais petit. Mes idées étaient confuses. Le saxophone me plaisait car la sonorité en est belle, si sombre par instants et étincelante par d’autres. Il y avait aussi le piano et la guitare. Je vivais dans une banlieue assez pauvre de Londres où les gens travaillaient... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 20:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 août 2017

George D. Celui qui meurt...La gloire et après....

George D. : une carrière....  Jusqu’à l’âge de treize ans, j’ai été un collégien insignifiant. J’étudiais dans un établissement public d’une banlieue londonienne peu flatteuse sur lequel personne n’avait rien à dire. Je ne pense pas avoir ébloui grand monde mais je suis devenu célèbre. Qui sait ce qu’ont pensé ceux-là même qui me prédisaient un fâcheux avenir quand ils me surprenaient en train de dessiner au bas d’une page de cahier au lieu de résoudre les équations ou les fumeux sujets de réflexion qu’ils me proposaient…... [Lire la suite]
25 août 2017

George D. Avant la France, le trou noir...

  Hiver 2016: George Daniel, Pop star anglais en péril veut fuir Londres et les excès en tout genre... George: Il y a six mois, j’ai commencé à rêver du trou noir dans lequel nécessairement je tomberais parce que revenaient dans ma vie les incontournables enfermements de la dépression et que j’y ajoutais mes vieux amis : les comprimés, les pilules, les poudres  et les verres d’alcool. Il n’y avait rien à fuir, bien sûr, mais plus grand-chose à affronter non plus. J’avais connu le star system, les joies et les... [Lire la suite]
Posté par merlinetviviane à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :