wpabd08c3b_05_06

 

 Adrien Lefort est un homme de trente-deux ans. Il connaît bien la prostitution en tant que client d'abord mais aussi car il est l'ami de nombreuses prostituées. En un sens, il sait ce qui est de l'ordre de la mise en scène et ce qui est l’envers du décor.

Il a connu un dépucelage tardif rue Saint-Denis, haut lieu de la prostitution africaine, en 2002. A une époque où la sexualité adolescente n’était plus réprimée, on se demande ce qui a bien pu lui arriver. A ce sujet, Adrien est formel : avoir un prénom de lord anglais ou d'empereur romain (au choix) est embarrassant quand on est petit et malingre.Et s'appeler Lefort n'aide pas...A une époque où tout est visuel, médiatique et sur commenté, il n'a pas « su comment faire ». En parler à un adulte ? Oui, à qui ? Ses parents commerçants, totalement pris par leur boulangerie ? Impossible. Trop bloqués et bloquants sur le plan sexuel. Son professeur de SVT qui lui enseignait l'éducation sexuelle ? Vraiment inenvisageable. C'était pourtant une femme sympathique, un des rares enseignants qui lui ai laissé de bons souvenirs. Ses copains ? Certainement non puisqu'il aurait dû avouer qu'il était complexé à l'idée de ne jamais franchir le pas...En fait, personne.

 Selon lui, il n'avait pas le choix bien que « vivant dans un milieu urbain où les possibilités d’interaction étaient multiples ». Il était tout de même à Paris...Il a eu d'abord eu honte puis moins honte et "tout est venu d'un bloc". Adrien n'a aucune fatuité. Il n'a pas non plus de regret. Aucune parole négative ne sort de lui quand il s'agit d'évoquer "les filles". Elles étaient là et c'était bien...